Verdelais : une rentrée confiée à Marie

Cette première rencontre reste modeste, mais je vois beaucoup de familles touchées par ce lieu et qui expriment le désir d’y revenir.

P. Jean-Christophe Slaiher, recteur du sanctuaire marial de Notre-Dame de Verdelais

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Pour la première fois, la fête de Notre-Dame de Verdelais, ce dimanche 6 septembre, avait une dimension diocésaine et invitait les familles à venir confier leur année à Marie, « consolatrice des affligés. »

« À chaque fois que nous fêtons Marie, c’est une fête de famille ! » Ces mots de Mgr Jean-Paul James, qui préside la célébration, correspondent bien à l’ambiance du jour. C’est en famille que les fidèles ont descendu le chemin d’herbe qui mène au parc situé en contre-bas du sanctuaire marial de Verdelais. Ce dimanche 6 septembre, à deux jours de la fête de la Nativité de la Vierge Marie, on fête ici Notre-Dame de Verdelais, « consolatrice des affligés ». Un vocable et un sanctuaire qui remonte au XXIIème siècle.

Prévue initialement dans la basilique, la célébration a finalement lieu en plein air, du fait de la circulation active de la Covid-19 en Gironde. Fête annuelle, c’est pourtant la première fois qu’elle revêt un caractère diocésain en y associant spécifiquement les familles, pour confier à Marie et à Jésus l’année qui s’ouvre avec la rentrée scolaire. Devant l’autel aménagé sur les marches en béton, joliment habillées de jeunes arbustes et de fleurs, quelques 200 personnes se sont rassemblées pour la messe. « Chaque année nous célébrons la Nativité de Marie le 8 septembre et, le dimanche précédent cette fête, nous célébrons Notre-Dame de Verdelais », rappelle le P. Jean-Christophe Slaiher, recteur du sanctuaire de Verdelais et vicaire général des Terres de Gironde. « Cette année, je me suis demandé si cela était réservé à la seule communauté paroissiale, aux habitués de ce sanctuaire qui est diocésain, ou si nous pouvions élargir les invitations. Nous avons donc échangé avec le Conseil épiscopal et avec la Pastorale familiale pour donner à ce rendez-vous une dimension diocésaine. Cette première rencontre reste modeste, mais je vois beaucoup de familles touchées par ce lieu et qui expriment le désir d’y revenir. »


Une initiative à renouveler !

Parmi les fidèles présents, Loïc et Patricia de Chamiso sont à la fois participants et co-organisateurs de cette rencontre. Membres de l’équipe diocésaine de la Pastorale familiale, ils ont répondu avec joie à l’invitation du P. Jean-Christophe Slaiher pour organiser un événement associant toutes les familles du diocèse de Bordeaux. « C’est une première expérience qui nous semble très intéressante, partage Patricia de Chamiso. Ce lieu très agréable se prête tout à fait à l’accueil d’un grand nombre de familles, avec pourquoi pas un pèlerinage menant jusqu’au sanctuaire. Cela pourrait devenir un événement récurrent en début d’année scolaire. »

Au cours de son homélie, Mgr Jean-Paul James, archevêque de Bordeaux, invite les membres de l’assemblée à être fidèles à Dieu à l’image de Marie, « avec d’abord une volonté joyeuse de nous engager comme chrétien pour l’année qui commence ». « Il faut aussi réalimenter le feu de l’amour régulièrement, en ne restant pas seul. Un couple isolé, une famille isolée ou un chrétien isolé sont en danger. Ne jouons pas aux héros, car sommes fragiles et avons besoin de réalimenter l’amour à la source qu’est l’Eucharistie. »

Après la messe, un pique-nique en extérieur permet aux familles et aux membres des diverses paroisses venus ici de faire connaissance et échanger des nouvelles. Puis une bénédiction des familles est proposée par Mgr Jean-Paul James et Mgr Bertrand Lacombe, évêque auxiliaire du diocèse de Bordeaux. Après quoi, les fidèles confient à la Vierge, seuls, en couple ou en famille, une intention de prière pour l’année à venir et un « merci ». Des actions de grâce à « Marie, consolatrice des affligés », régulièrement renouvelées ici, comme en témoignent les nombreux ex-voto visibles dans la basilique. « Même si le terme d’affliction parle moins à nos contemporains, celui de Marie comme une mère qui console ses enfants nous touche toutes et tous », constate le P. Jean-Christophe Slaiher. « Toute personne connaît des combats, des blessures et a besoin de cette consolation qui vient d’en haut. »

Les projets de la Pastorale familiale pour 2020/2021

Après un Festival des familles en octobre 2019, quels sont les projets de la Pastorale familiale cette année ?
Loïc de Chamiso :
« Outre cette rentrée à Verdelais, nous organisons une “veillée de prière pour la vie”, le 27 novembre à la basilique Sainte-Croix, avec la Communauté du Chemin neuf. Le 13 mars, nous lançons une journée diocésaine des fiancés (ou journées des futurs mariés). Cette rencontre sera proposée en complément des préparations possibles en paroisses. Elle permettra à tout ceux qui se préparent au mariage de se retrouver pour un temps fraternel d’échange. Ce sera aussi l’occasion pour les paroisses de reprendre contact avec les couples qui ont dû reporter leur mariage du fait de la situation sanitaire afin de les inviter à cette journée pour relancer les préparations interrompues lors du confinement. »

En savoir plus : pastoralefamilialedebordeaux.fr

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+