Vendredi saint, "Le jour du Crucifié" : proposition pour une célébration domestique

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Retrouvez la proposition faite pour ce Mercredi saint, 8 avril 2020, par la Pastorale liturgique et sacramentelle du diocèse de Bordeaux. À vivre seul.e, en famille, en communion avec toute l'Église.

Le jour du Crucifié

  • Dans une tonalité de rouge, on dispose une croix au centre de l’espace de prière, les autres images étant dissimulées par un tissu. De part et d’autre de la croix, on peut mettre des lumignons : un représentant chaque personne présente ou en communion de prière avec nous. C’est une manière de se rendre présente au pied de la Croix du Christ.

  • La croix est voilée d’un tissu que l’on pourra facilement enlever pendant la prière.

Entrer en prière

Chacun fait le signe de la croix en silence.

La personne qui conduit la prière commence en disant :

En ce jour est crucifié le Créateur du monde. Il est couronné d’épines, Lui, le Roi des cieux. Ce mystère retentit jusque dans ce lieu où nous vivons et où nous sommes maintenant réunis.

Écouter la Parole

La personne qui conduit la prière reprend :

Le Christ s’est fait pour nous obéissant jusqu’à la mort et la mort sur une Croix !

Tous reprennent :

Le Christ s’est fait pour nous obéissant jusqu’à la mort et la mort sur une Croix !

Puis, on peut lire l’intégralité du récit de la Passion en alternant les lecteurs ou un extrait ci-dessous en lisant successivement le texte

Lecteur 1 :

De l’Évangile selon saint Jean :

Jésus, portant sa croix, sortit en direction du lieu-dit Le Crâne (ou Calvaire), qui se dit en hébreu Golgotha. C’est là qu’ils le crucifièrent, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu. Pilate avait rédigé un écriteau qu’il fit placer sur la croix ; il était écrit : « Jésus le Nazaréen, roi des Juifs. » Beaucoup de Juifs lurent cet écriteau, parce que l’endroit où l’on avait crucifié Jésus était proche de la ville, et que c’était écrit en hébreu, en latin et en grec. Alors les grands prêtres des Juifs dirent à Pilate : « N’écris pas : “Roi des Juifs” ; mais : “Cet homme a dit : Je suis le roi des Juifs”. » Pilate répondit : « Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit. »

Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits ; ils en firent quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prirent aussi la tunique ; c’était une tunique sans couture, tissée tout d’une pièce de haut en bas. Alors ils se dirent entre eux : « Ne la déchirons pas, désignons par le sort celui qui l’aura. » Ainsi s’accomplissait la parole de l’Écriture : Ils se sont partagé mes habits ; ils ont tiré au sort mon vêtement. C’est bien ce que firent les soldats.

Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. » Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit.


On fait une pause dans la lecture et on se met à genoux pour un moment de silence.

Lecteur 2 :

Comme c’était le jour de la Préparation (c’est-à-dire le vendredi), il ne fallait pas laisser les corps en croix durant le sabbat, d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque. Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes.

Les soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis de l’autre homme crucifié avec Jésus. Quand ils arrivèrent à Jésus, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau.

Celui qui a vu rend témoignage, et son témoignage est véridique ; et celui-là sait qu’il dit vrai afin que vous aussi, vous croyiez. Cela, en effet, arriva pour que s’accomplisse l’Écriture : Aucun de ses os ne sera brisé. Un autre passage de l’Écriture dit encore : Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé.

Après cela, Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus. Nicodème – celui qui, au début, était venu trouver Jésus pendant la nuit – vint lui aussi ; il apportait un mélange de myrrhe et d’aloès pesant environ cent livres.
Ils prirent donc le corps de Jésus, qu’ils lièrent de linges, en employant les aromates selon la coutume juive d’ensevelir les morts. À l’endroit où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin et, dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n’avait encore déposé personne. À cause de la Préparation de la Pâque juive, et comme ce tombeau était proche, c’est là qu’ils déposèrent Jésus.

Répondre à la parole de Dieu

croix-glorieuse-w.jpg

On dévoile la Croix et l’on se tient devant elle en silence (on peut se mettre à genoux).

La personne qui conduit la prière invite les participants à se souvenir des circonstances dans lesquelles a été acquise cette croix : (cadeau, achat, circonstances, bénédiction...)

Puis, elle proclame :

Voici l’arbre de la Croix du Christ notre Sauveur
sur laquelle est suspendue le Salut du monde !


Seigneur nous voici au pied de la Croix de ton Fils, avec Marie sa mère et Jean le disciple bien aimé. Tu nous donnes la force de ne pas fuir dans la crainte mais de te prier.
Ensemble nous confessons que ton amour est plus fort que la mort :

Puis chacun lit une des demandes suivantes :

Nous suivons le vrai Roi, sans sceptre ni couronne ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

2e demande :

Nous suivons le vrai Roi, vainqueur de l´adversaire ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

3e demande :

Nous suivons le vrai Roi, qui nous mène à sa gloire ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

4e demande :

Nous suivons un berger tué sur le Calvaire ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

5e demande :

Nous suivons un berger qui aime les plus pauvres ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

6e demande :

Nous suivons un berger qui prend soin des plus faibles ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !


7e demande :

Nous suivons un Messie, folie pour les puissances ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

8e demande :

Nous suivons un Messie, sagesse pour les humbles ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

9e demande :

Nous suivons un Messie, que le monde rejette ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

10e demande :

Nous suivons un Agneau que blessent nos offenses ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

11e demande :

Nous suivons un Agneau remède à nos blessures ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

12e demande :

Nous suivons un Agneau qui pardonne et qui sauve ;

Tous disent :

Son amour envers nous s'est montré le plus fort !

(d’après le chant “Envoyés dans ce monde H 20-35)



On pourra aussi prendre les intentions de la célébration de la Passion que l’on trouve dans les livres liturgiques et missels. Attention, l’intention n°10 a été modifiée pour tenir compte de la situation présente :

Lecteur 1 :

Prions Dieu le Père tout-puissant d’avoir pitié des hommes dans l’épreuve :

Lecteur 2 :

Qu’il débarrasse le monde de toute erreur, qu’il chasse les épidémies et repousse la famine, qu’il vide les prisons et délivre les captifs, qu’il protège ceux qui voyagent, qu’il ramène chez eux les exilés, qu’il donne la force aux malades, et accorde le salut aux mourants. (silence)

Celui qui préside : Dieu éternel et tout-puissant, force de ceux qui espèrent en toi, regarde avec compassion ceux qui se trouvent, en ces jours, dans une situation de désarroi : nous te prions pour les malades et pour ceux qui les soignent ; que tes secours, toujours présents, assistent ceux qui ont besoin de toi et que ta grâce accorde aux les défunts la vie éternelle que tu veux offrir à tous. Par Jésus... Amen.

Vivre en disciples

La personne qui conduit la prière commence en disant :

Vénérons cette Croix du Christ qui trône au milieu du lieu où nous habitons. Par ce geste, que la miséricorde de Dieu nous saisisse et nous fasse grandir dans le témoignage de notre vie de disciple du Christ.

Le geste de vénération peut être accompagné du chant suivant :

Ô Dieu Saint, Ô Dieu fort, Ô Dieu immortel aie pitié de nous !

Mélodie du chant :

Une première personne se saisit de la croix du Christ, la vénère pendant que l’on chante le refrain "ô Dieu saint” puis transmet la croix à une autre personne et ainsi de suite.

Puis on remet la croix en évidence pour chanter le chant suivant :

Mystère du Calvaire (H 44)

Paroles : D. Rimaud - C. Rozier - Musique : H.-L. Hassler (17e s)- M. Rose

Mélodie du chant :

1 - Mystère du Calvaire, scandale de la Croix : Le Maître de la Terre, esclave sur ce bois !
Victime qui fait croire, toi seul es le Sauveur, toi seul, le Roi de Gloire, au rang des malfaiteurs...

2 - Tu sais combien les hommes ignorent ce qu’ils font :
Tu n’as jugé personne, tu donnes ton pardon.
Partout des pauvres pleurent, partout on fait souffrir,
Pitié pour ceux qui meurent, et ceux qui font mourir.

3 - Afin que vienne l’Heure promise à toute chair, Seigneur, ta Croix demeure dressée sur l’univers ;
Sommet de notre Terre où meurt la mort vaincue, où Dieu se montre Père, en nous donnant Jésus...

La personne qui conduit la prière reprend :

Que ta bénédiction, Seigneur, descende en abondance sur nous qui avons fait mémoire de la mort de ton Fils dans l’espérance de notre propre résurrection : accorde-nous pardon et réconfort, augmente notre foi. Amen.

Chacun se sépare en silence, après avoir éteint les bougies puis on enlèvera la croix afin que l’espace de prière soit totalement dépouillé.



White Crucifixion (détails) - Marc Chagall © 2018 Artists Rights Society (ARS), New York /

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+