Premier dimanche de l'Avent 2020 : proposition d'une célébration liturgique domestique

Ah ! Si tu déchirais les cieux,
si tu descendais…
 Is 63, 19

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Retrouvez la proposition de célébration liturgique domestique faite pour vivre dimanche 29 novembre 2020, premier dimanche de l'Avent, à vivre seul ou en famille, en communion avec toute l'Église.

« Ah ! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais… » Is 63, 19

Bonne année !

Ce dimanche marque le commencement d’une nouvelle année liturgique. Ainsi, nous pouvons nous adresser les uns aux autres des vœux pour une bonne année…

Il faut pourtant bien dire que la conjoncture demeure difficile, le confinement, pesant, les directives parfois déroutantes, et des conséquences qui seront durables. C’est dans cet état du monde qu’aujourd’hui nous nous tournons vers le Seigneur. Et, comme le prophète Isaïe a pu être découragé, osons, nous aussi, supplier Celui qui peut nous sauver et traverser l’épreuve avec nous.

Oui, la Promesse va s’accomplir.

Oui, Dieu va déchirer les cieux.

Oui, Dieu va descendre jusqu’à nous,

unissant à jamais ciel et terre.

Sommes-nous prêts pour la rencontre ?

PRÉPARATION

Repères :

  • Les Normes universelles de l’année liturgique précisent, § 39 :

    « Le temps de l’Avent a une double caractéristique : c’est à la fois un temps de préparation aux solennités de la Nativité, où l’on commémore le premier avènement du Fils de Dieu parmi les hommes, et un temps où, par ce mémorial, les âmes se tournent vers l’attente du second avènement du Christ à la fin des temps. Pour ces deux raisons, le temps de l’Avent se présente comme un temps de pieuse et joyeuse attente. ».

    En effet, nous ne demeurons pas figés dans le passé pour simplement fêter le merveilleux de la crèche… Nous nous préparons à célébrer le Mystère de l’Incarnation (Dieu se fait homme), mais aussi le Mystère de notre salut puisque cet Enfant Jésus ira jusqu’à donner sa vie pour nous sauver. S’étant abaissé jusqu’au bout, le Père l’a exalté. Par la résurrection du Christ, le mal et la mort sont définitivement vaincus ! Le Ressuscité nous confie d’annoncer à tous les hommes cette Bonne Nouvelle, jusqu’à ce qu’Il revienne rassembler tous les peuples en son amour. C’est bien ce que chante l’anamnèse de nos Eucharisties : Gloire à toi qui étais mort (Jésus homme, crucifié pour notre vie), Gloire à toi qui es vivant (Présent et agissant pour nous aujourd’hui), Notre Sauveur et notre Dieu, viens, Seigneur Jésus (ce sera le deuxième avènement du Seigneur, à la fin des temps).

    Chrétiens, tournons-nous du côté où le soleil se lève, allons à la rencontre de Celui qui vient chez nous, accueillons-Le, dans nos maisons et dans nos cœurs.
  • Un cheminement en quatre étapes :

    Le temps de « pieuse et joyeuse attente » qu’est l’Avent est rythmé par quatre dimanches : saine pédagogie liturgique qui nous réveille, nous met en marche, nous rend plus attentifs, nous prépare à l’accueil et l’adoration de l’Enfant de Bethléem.

    Il est bon de respecter ces « étapes », nul besoin de courir trop vite ! L’Avent est, au contraire, l’heureuse occasion de donner du temps au Seigneur, d’habituer nos yeux à sa Lumière…

    Bien qu’étant successives, de semaine en semaine, ces « étapes » sont au service du même objectif. Ainsi, la Parole du 1er dimanche est valable tout au long du chemin, chemin qui s’enrichit au fur et à mesure jusqu’à la Nuit de Noël, jusqu’à la crèche. Et notre désir grandit…

Préparatifs :

  • Les enfants, et toute la famille, ont souvent un « calendrier de l’Avent » : le symbole est bon, puisqu’il permet de mesurer notre avancement vers Noël. Mais prenons garde aux dérives mercantiles de toutes sortes, qui vident Noël et l’Avent de tout leur sens…

    Le mieux est sans doute d’en confectionner un, en famille. Il suffit de prévoir les petites fenêtres (prévoir deux feuilles de papier Canson : l’une sert de « fond », l’autre est percée de petites ouvertures et collée sur la première) et, dans chacune, inscrire un mot ou une brève phrase extraits de l’Écriture du jour correspondant.

  • Autre symbole : la couronne de l’Avent, qui a elle aussi tout son sens liturgique. En allumant une bougie chaque dimanche, la lumière grandit, exactement comme nous avançons vers le Christ Lumière du monde.

  • Aménager l’espace prière pour ce temps de l’Avent. La crèche, sans doute, y prendra place (à prévoir). La tonalité est violette, signe de l’attente et de la préparation des cœurs, signe de notre conversion (notre désir d’aller vers le Seigneur).

  • Choisir un ou deux chants :

Toi qui viens pour tout sauver E68

Heureux celui E 220

Aube nouvelle E 130

Entrons dans l’espérance E 26-30

Le contenu demandé est pas disponible en ce moment

Célébration domestique

ENTRER EN PRIÈRE

La personne qui conduit la prière introduit la célébration :

Bonne année ! Oui, avec le Seigneur, c’est un nouveau départ : aujourd’hui commence le temps qui célèbre son avènement, sa venue parmi les hommes. Nouveau commencement, car nous croyons, nous espérons que l’avenir sera meilleur, que la pandémie sera maîtrisée, que la fraternité grandira entre les hommes.

Entrons joyeusement dans ce temps de l’Avent : c’est au fond de nos nuits que Dieu veut nous donner la Lumière, c’est au fond de nos cœurs qu’il veut semer sa présence, son amour.

Tous font le signe de la croix :

Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit.

– AMEN.

Béni soit le Seigneur qui vient sauver son peuple !

Béni soit Dieu maintenant et toujours.

Chant : Toi qui viens pour tout sauver

Toi qui viens pour tout sauver,
L'univers périt sans toi
Fais pleuvoir sur lui ta joie,
Toi qui viens pour tout sauver.

Viens sauver tes fils perdus
Dispersés, mourant de froid
Dieu qui fus un jour en croix
Viens sauver tes fils perdus.

Viens offrir encore ton pain
Et ton vin aux miséreux ;
Pour qu'ils voient le don de Dieu,
Viens offrir encore ton pain.

Toi qui viens pour tout sauver,
Fais lever enfin le jour
De la paix dans ton amour,
Toi qui viens pour tout sauver.

 

La personne qui conduit la prière poursuit avec la salutation de Saint Paul (1 Co, 1, 3)

« À vous, la grâce et la paix,

de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ. »

– AMEN.


(Pendant l’Avent, on ne chante pas le Gloire à Dieu : nous le chanterons mieux encore à Noël !).



ÉCOUTER LA PAROLE

Allumer la 1ère bougie de la couronne de l’Avent

Acclamation : Alléluia pour le temps de l’Avent U 63-87

Alleluia. Alleluia. Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut. Alleluia.

Proclamation de l’Évangile selon Saint Marc (Mc 13, 33-37) :

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :

« Prenez garde, restez éveillés : car vous ne savez pas quand ce sera le moment. C’est comme un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et demandé au portier de veiller.

Veillez donc, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin ; s’il arrive à l’improviste, il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis.

Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! »

Acclamons la Parole de Dieu.

– Louange à toi, Seigneur Jésus !

Partage d’Évangile (chacun s’exprime, parents et enfants) :

  • Quels sont les mots importants dans ce que dit Jésus ?

- Prendre garde, c’est-à-dire faire attention

- Rester éveiller, veiller : guetter, attendre

- « Vous ne savez pas… », « …à l’improviste » : appel à être prêts

La vigilance doit caractériser les chrétiens. Ils doivent être comme des sentinelles, disait le Pape Jean-Paul II

  • En quoi cet Évangile s’adresse à nous, aujourd’hui ?

- Baptisés, enfants de Dieu, nous sommes les disciples d’aujourd’hui

- De plus, l’Évangile est Bonne Nouvelle pour aujourd’hui, salut pour aujourd’hui

- Jésus emploie une comparaison (« C’est comme… ») pour mieux se faire comprendre. Mais ce qu’il dit là est à transposer dans notre vie spirituelle…

Que choisissons-nous, très concrètement, pour être, cette semaine, plus vigilants, veilleurs du Seigneur ? Cela peut être par un petit rendez-vous de prière du soir, en famille, chaque jour. Ces mots (veiller, guetter, être prêts) peuvent décorer l’espace prière où chacun vient passer un moment de silence, etc

  • Dès lors, que retenons-nous ? Comment vivrons-nous cette Parole ?

La Parole entendue prend corps en nous : nous ne devons pas l’oublier, ni faire comme si le Christ ne nous avait rien dit…

Nous vivrons cette Parole par l’échange entre nous, en famille.

Nous essaierons d’en parler à telle ou telle personne que nous sentons en recherche, en quête d’espérance…

Nous pouvons aussi laisser une petite veilleuse allumée : sa petite flamme nous dira que nous nous sommes mis en route avec le Seigneur…

RÉPONDRE À LA PAROLE

Nous rendons grâce à Dieu

(silence)

Nous sommes parfois désespérés, découragés… Cependant, le Seigneur ne nous abandonne jamais ! Il n’a jamais oublié son peuple, ses enfants…

Redisons-lui notre confiance, avec ces mots du prophète Isaïe (Is 63, 16b ; 64, 7) :

« Maintenant, Seigneur, c’est toi notre père.

Nous sommes l’argile, c’est toi qui nous façonnes :

nous sommes tous l’ouvrage de ta main »

La personne conduisant la prière reprend (l'assemblée reprend après lui chaque phrase) :

Ensemble, redisons ces mots d’Isaïe : ils traduisent notre foi, notre confiance en un Père qui nous aime et qui, fidèlement, veille sur nous et nous conduit…

« Maintenant, Seigneur, c’est toi notre père.

- Maintenant, Seigneur, c’est toi notre père.

Nous sommes l’argile, c’est toi qui nous façonnes :

- Nous sommes l’argile, c’est toi qui nous façonnes :

« Notre-rédempteur-depuis-toujours », tel est ton nom.

- « Notre-rédempteur-depuis-toujours », tel est ton nom

nous sommes tous l’ouvrage de ta main »

- nous sommes tous l’ouvrage de ta main »

C’est dans cette confiance, et sûrs de notre foi que nous pouvons prier ce Dieu qui est « notre Père ». Jésus nous a donné cette prière qui nous met en communion avec tous les chrétiens célébrant ce 1er dimanche de l’Avent. Que l’Esprit Saint nous aide à redire : Notre Père…

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire

Pour les siècles des siècles. Amen

La prière peut être chantée.



VIVRE EN DISCIPLES

En cette fin novembre, notre diocèse fête son Saint Patron, Saint André, apôtre du Seigneur.

Nous prierons cette semaine en demandant l’intercession de St André : pour que nous devenions nous aussi « apôtres », c’est-à-dire envoyés par le Seigneur pour dire sa Parole à tous ceux que nous rencontrerons. Nous partagerons à tous ceux qui sont dans la nuit l’espérance nouvelle qui se lève. Nous visiterons une personne isolée. Et nous serons fidèles à la prière, chaque jour.



Bénédiction pour le temps de l’Avent :

Vous croyez que le Fils de Dieu est venu dans ce monde,

et vous attendez le jour où Il viendra de nouveau.
À la clarté de cette lumière qui lève,

que Dieu son Père vous guide en toutes vos démarches

et qu’Il multiplie sur vous ses bénédictions !

- Amen !

Qu’Il rende ferme votre foi,

joyeuse votre espérance

et constante votre charité.

- Amen !

La venue du Rédempteur, pauvre parmi les pauvres,

est déjà pour vous une grande joie.
Quand Il apparaîtra dans toute sa gloire,

qu’Il vous ouvre le bonheur sans fin !

- Amen !

Et que Dieu tout-puissant vous bénisse,

Lui qui est Père, Fils et Esprit Saint !

- Amen !



Envoi 

Ce dimanche marque un commencement.

Soyons au rendez-vous dimanche prochain,

demeurons chaque jour veilleurs et attentifs aux plus pauvres.

Allez dans la paix du Christ ! Nous rendons grâce à Dieu.

Chant final 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+