Lundi saint, "Avec Jésus vers la Pâque" : proposition de célébration domestique

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Retrouvez la proposition faite pour ce Lundi saint, 6 avril 2020, par la Pastorale liturgique et sacramentelle du diocèse de Bordeaux.


Avec Jésus vers la Pâque

  • Réserver chez soi un espace-prière pour cette Grande Semaine, on y place une Croix (un Crucifix), le Missel (ou Bible, Prions en Église, Magnificat), une bougie
  • Avec des enfants, prévoir une activité manuelle leur permettant de visualiser notre chemin vers Pâques. Le diocèse de Paris propose de fabriquer un « Jardin de Pâques » évolutif, faisant notamment écho aux Jours Saints. Voir sur : paris.catholique.fr/un-jardin-de-paques-a-fabriquer-49223.html
  • Il est beaucoup question du corps, aujourd’hui : corps qui sera bientôt embaumé, corps à soigner et à nourrir, corps qui dit notre présence au monde. Prévoir, si possible, une reproduction de tableau montrant Jésus ; l’une ou l’autre photo de repas familiaux.

Entrer en prière

La personne qui conduit la prière commence en disant :

Au début de cette Semaine Sainte, souvenons-nous du signe qui, au baptême, a fait de nous des chrétiens. Traçons lentement sur notre corps le signe de la croix : Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. – AMEN.

Chantons notre confiance en Jésus, notre Sauveur :

Psaume 26 (27), 1, 2, 3, 13-14

R/ Le Seigneur est ma lumière et mon salut : de qui aurais-je crainte?
Le Seigneur est le rempart de ma vie : devant qui tremblerais-je?

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ?

Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ?

Si des méchants s’avancent contre moi pour me déchirer,

ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires, qui perdent pied et succombent.

Qu’une armée se déploie devant moi, mon cœur est sans crainte ;

que la bataille s’engage contre moi, je garde confiance.

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants.

« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. »

La personne qui conduit la prière reprend :

Hier, Dimanche des Rameaux, nous sommes entrés dans la Semaine Sainte. La Liturgie va nous faire revivre les dernières journées de Jésus. Aujourd'hui, il nous conduit à Béthanie : "six jours avant la Pâque", ses amis, Lazare, Marthe et Marie lui offrent un repas. Nous voici au cœur d’une maison, Jésus est entouré d’une famille, peut-être comme nous aujourd’hui.

Mais ce récit évangélique confère à notre méditation un intense climat pascal : le repas de Béthanie est un prélude à la mort de Jésus. En effet, Marie prend l’initiative d’un beau geste en hommage au Maître : une onction de parfum sur les pieds de Jésus, onction qui annonce déjà son ensevelissement. Annonce de la résurrection aussi, puisque Lazare est présent, lui que Jésus a relevé de la mort, manifestant par là le pouvoir qu’il a sur elle….

Dans notre diocèse, ce lundi saint est habituellement le jour de la Messe chrismale, messe durant laquelle l’évêque bénit les huiles saintes et entend avec les fidèles les prêtres et les diacres renouveler leurs promesses faites au jour de leur ordination. En raison du confinement, cette messe se vivra mercredi matin en huis clos depuis l’archevêché. Prions en union avec eux, prêtres et diacres de notre diocèse, et avec tous ceux à qui ces huiles seront destinées : les futurs baptisés, confirmés, les prêtres et diacres ainsi que les malades qui recevront l’huile qui leur est destinée.

Écouter la Parole

Acclamation : Gloire au Christ, sagesse éternelle du Dieu vivant.

Gloire à toi Seigneur !

Un des participants allume la bougie tandis qu’un autre peut proclamer l’Évangile :

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 12, 1-11) :

Tous répondent :

Gloire à toi Seigneur.

Celui qui proclame l'Évangile :

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts. On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était parmi les convives avec Jésus. Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle répandit le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors : « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ? » Il parla ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait. Jésus lui dit : « Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement ! Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. » Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait réveillé d’entre les morts. Les grands prêtres décidèrent alors de tuer aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus.

Acclamons la Parole de Dieu.

Tous :

Louange à toi, Seigneur Jésus !

Court silence

Pistes pour un échange, un partage d’Évangile :

  • Les quatre évangélistes rapportent cette « onction à Béthanie », St Jean précise que c’est Marie qui l’accomplit et qu’il s’agit d’un parfum de grande valeur. Cette onction, différente de celle faite sur la tête (pour les rois d’Israël par exemple, en signe de messianité), interpelle : habituellement, elle est réservée aux pieds d’un mort… Ici, elle évoque aussi Jésus lavant les pieds de ses disciples…

    Avons-nous déjà pensé à la force des gestes liturgiques ? Les sacrements de l’Église sont de cet ordre-là, essayons de penser aux gestes avec l’eau, avec l’huile, etc

  • Cette scène de Béthanie invite à regarder le corps de Jésus : chacun des trois frère et sœurs se comporte à sa manière, devant ce corps : Marthe se consacre au service (diaconie) de la table, Marie l’honore de tout son être (adoration), Lazare partage avec lui le repas dans le silence (communion). Et moi, quelle est ma relation au corps de Jésus ? Suis-je attentif à honorer dans ma vie chrétienne ces trois aspects ?

  • Ensemble, seul ou en famille, nous sommes invités à goûter ce repas. Anticipation, allusion à la Cène que nous célébrerons Jeudi. Chacun de nos repas, en ces temps de confinement, nous rassemble en famille, pour restaurer nos corps mais aussi pour essayer de nouvelles recettes, faire participer les enfants à la préparation. Comment vivrons-nous ces repas cette semaine ? Saurons-nous honorer ce qui aura été préparé ? En rendre grâce ?
  • Il s’agit également de sentir le parfum, ce nard qui servait à oindre les corps et fabriquer de l'encens. Ce parfum qui sera versé sur le corps du Crucifié lors de sa mise au tombeau (Jn 19, 39). Saint Paul dit que les chrétiens ont à répandre la bonne odeur du Christ et de l’Évangile : que devient le saint-chrême qui nous a parfumés au baptême, à la confirmation (et, pour les prêtres et évêques, l’ordination) ?

  • « Qui que tu sois, si tu veux être une âme fidèle, répands avec Marie, un parfum précieux sur les pieds de Jésus (...) suis les traces du Seigneur par une vie sainte... » dit saint Augustin.

Répondre à la Parole de Dieu

Seigneur Jésus, tu es avec nous en ces jours difficiles. Tendresse de Dieu pour la terre, nous te supplions :

R/. Fais paraître ton jour et le temps de ta grâce !

Fais paraître ton jour, que l’homme soit sauvé !

Tu es venu dans le monde, pauvre pour les pauvres : sur ceux qui n’ont pas la force de se battre, qui se sentent démunis et sans ressource dans leur souffrance, Seigneur, fais paraître ton jour !

Tu es demeuré parmi nous, miséricorde pour les pécheurs : pour que nous sachions dire des paroles de bénédiction, d’encouragement, de réconciliation à ceux qui nous entourent, par nos appels téléphoniques ou internet, Seigneur, fais paraître ton jour.

Tu es courageusement monté à Jérusalem afin d’y donner ta vie par amour de tous les hommes : sur ceux qui soignent leurs frères et sœurs, leur apportant réconfort et attention, Seigneur, fais paraître ton jour !

Tu es mort sur une croix, Serviteur souffrant, pour vaincre le mal et la mort : sur les malades, les mourants et ceux qui les accompagnent, Seigneur, fais paraître ton jour !

Tu es ressuscité dans la gloire, donnant ainsi la joie et l’espérance au monde : sur notre pape, nos évêques, et tout le peuple chrétien, afin que chacun emplisse notre maison et toute l’Église du parfum de ton amour. Seigneur, fais paraître ton jour !

En communion avec les membres de notre famille, avec nos amis, avec les chrétiens de notre paroisse, et avec tous ceux du monde, nous osons dire : Notre Père…

Marie n’a pas hésité à répandre sur les pieds de Jésus un baume très précieux et très coûteux. Nous aussi, déposons aux pieds de Jésus toutes nos prières, nos bonnes actions de jour et mêmes les efforts difficiles. Tout cela, il le reçoit, comme un parfum agréable.

Vivre en disciples

Tout au long de ces jours, que la lumière du Christ brille sur nos visages ! Avec Marie de Béthanie, au milieu de ce monde, soyons les témoins de l’amour de Dieu. Allons dans la paix du Seigneur, au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. AMEN.

En famille, fixer le prochain rendez-vous, demain, Mardi saint.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+