“ Un dialogue fraternel et une démarche de foi ”

Questions au père Henri Michardière, aumônier des étudiants, à l'occasion de la messe des cendres, célébrée à la cathédrale Saint-André le mercredi 13 février 2013. Au cours de la messe, un temps de prières et de chants est prévu pour permettre de célébrer le sacrement du pardon pour ceux qui le souhaitent. Le père Henri Michardière revient sur le sens de cette invitation, présente la manière dont est célébré le sacrement de réconciliation et évoque les fruits de ce pardon.

À l'occasion de la messe des cendres, célébrée à la cathédrale Saint-André le mercredi 13 février 2013, l'archevêque de Bordeaux, Mgr Jean-Pierre Ricard, invite particulièrement les lycéens, étudiants, et jeunes professionnels pour cette entrée en carême.

Au cours de la messe, un temps de prières et de chants est prévu pour permettre de célébrer le sacrement du pardon pour ceux qui le souhaitent. Le père Henri Michardière revient sur le sens de cette invitation, présente la manière dont est célébré le sacrement de réconciliation et évoque les fruits de ce pardon.

Quel est le sens de cette invitation, particulièrement adressée aux jeunes, à entrer en carême en célébrant, au cours de la messe des cendres, le sacrement du pardon ?

 

Comment peut-on se préparer à vivre ce sacrement de réconciliation ?

Surtout, pas d’inquiétude ! Même si l’on a vécu ce sacrement il y a longtemps, voire jamais... Il suffit de venir voir le prêtre et de le lui dire tout simplement. C’est un dialogue fraternel, il vaut donc mieux être le plus simple possible. [...] C’est une démarche de foi, car, si l’on va trouver le prêtre, on se met devant Dieu, devant le Christ qui a donné sa vie pour nous sur la croix. En général, on commence par le signe de la croix, puis, personnellement, j’aime bien demander à celui qui vient, de commencer par confesser l’amour de Dieu dans sa vie. C’est à partir de là qu’il pourra confesser son péché. Si le péché ce sont les ombres dans notre vie, nous ne pouvons les voir que parce que la lumière y est déjà présente. Après, plutôt qu’une liste, il vaudra mieux nommer un ou deux points précis. On peut aussi se préparer en relisant un évangile ou une phrase qui nous parle du pardon dans la Bible et la dire pendant le sacrement. La forme du sacrement est simple, le plus difficile reste d’ouvrir son coeur, en vérité.

Quels sont les fruits de ce pardon ?