“ La joie de recevoir le pardon de Dieu ”

À l’occasion de l’entrée en carême, la célébration des cendres a lieu à la cathédrale Saint-André, le mercredi 13 février. Il y sera également proposé de célébrer le sacrement de réconciliation.

L’homélie s’achève. Les fidèles se lèvent, ici et là, et vont déambuler derrière le chœur de la cathédrale. Des prêtres les attendent et les accueillent. Quelques minutes plus tard, chacun retrouve sa place. Seul le signe, parfois visible, d’une paix intérieure marque sur les visages la différence entre l’avant et l’après. Ils ont été réconciliés.

Depuis plusieurs années, à l’occasion de la célébration des cendres, Mgr Ricard invite tous les diocésains, et plus particulièrement les lycéens, étudiants et jeunes adultes, à entrer ensemble dans le carême et à recevoir le sacrement du pardon.

À 20 ans, Marie-Zephir Mabelrieux, jeune étudiante en droit, apprécie particulièrement « le temps propice qui est donné, avant la communion, pour aller se réconcilier avec le Seigneur. » « On a le temps d’aller voir le prêtre, se confesser et ensuite méditer ce qu’il nous a dit. On peut alors aller recevoir l’eucharistie  de manière apaisée ».

“ Cela m’aide durant tout le carême ”
Des fruits pendant tout le carême.

« Le carême est un temps favorable pour recevoir le sacrement du pardon, souligne le père Henri Michardière, aumônier des étudiants. Le pardon est quelque chose de communautaire, il se vit en groupe, au sein des familles, entre deux pays.... », ajoute-t-il. « Le fait que l’invitation soit faite à tout le diocèse, autour de l’évêque, me donne aussi à voir la présence de l’Église et cela donne envie de se réconcilier tous ensemble avec le Christ pour débuter le carême », confirme Marie-Zephir. « On n’est pas tout seul, et l’on se sent porté par la prière des autres, par la réconciliation des autres. »
Une démarche qui porte des fruits au-delà de la célébration. « Cela m’aide durant tout le carême, assure-t-elle. On se rappelle que nous ne sommes pas seuls en chemin vers Pâques. »

« L’effet habituel du pardon, c’est d’apporter la joie, rappelle le père Henri Michardière.  Lorsque l’on donne ou demande le pardon dans nos vies, cela renforce les relations et donne de la joie. C’est d’ailleurs ce que l’on voit dans l’Évangile : à chaque fois que quelqu’un est pardonné par Jésus, il invite ses amis pour faire la fête. Il y a une vraie joie à recevoir le pardon de Dieu. »
Un sentiment qu’exprime aussi Marie-Zephir. « L’an dernier, j’étais toute légère en sortant de la célébration. Sereine. Avec la joie intérieure, et la force de rentrer dans le carême, en me sentant pardonnée. »

Infos pratiques

La messe des cendres aura lieu le mercredi 13 février à 19h30, à la cathédrale Saint-André. La célébration sera présidée par le cardinal Mgr Jean-Pierre Ricard. Après l’homélie, un temps de prières et de chants permettra à ceux qui le souhaitent de recevoir le sacrement du pardon, avant la poursuite de la messe.