No image

Concert Stabat Mater de Pergolèse et A. Scarlatti

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Avec Soprano, Contralto, Cordes et Basse Continue Une partie des bénéfices sera reversée à la Fondation pour la Recherche Médicale Sur place: 15€ Pré-vente: 12€Réservations: La Machine à Musique 05 56 44 81 53 Le Stabat Mater est une œuvre qui médite sur la souffrance de Marie lors de la crucifixion de Jésus. C’est l’un des textes les plus poignants de la liturgie chrétienne. Plainte dolente et fervente, le texte remonte au XVIè, ici mis en musique par deux compositeurs baroques napolitains. Alessandro Scarlatti (en 1724, honorant une commande de la confrérie des Chevaliers de la Vierge des douleurs), puis le génial et mort trop tôt, Pergolesi, qui signe ainsi son testament artistique. L’inspiration est hautement spirituelle voire mystique, inspiré par la souffrance d’une mère, recueillant le corps torturé de son fils… La partition de Scarlatti sera ainsi chanté chaque Vendredi Saint, jusqu’en 1736 à Naples selon le voeu des Chevaliers ; lesquels ensuite, désirant un opus plus moderne, passent commande au cadet de Scarlatti, le jeune et déjà génial Pergolesi qui n’a que 26 ans. Avant de mourir, deux mois après cette commande, à cause de la Tuberculose, le jeune napolitain livre un chef d’oeuvre pour deux voix solistes et continuo. Après avoir composé son Stabat, Pergolesi se retire au couvent des Capucines de Puzzuoli.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

  • Concert Stabat Mater de Pergolèse et A. Scarlatti
  • 2020-04-05T16:00:00+02:00
  • 2020-04-05T17:00:00+02:00
  • Avec Soprano, Contralto, Cordes et Basse Continue Une partie des bénéfices sera reversée à la Fondation pour la Recherche Médicale Sur place: 15€ Pré-vente: 12€Réservations: La Machine à Musique 05 56 44 81 53 Le Stabat Mater est une œuvre qui médite sur la souffrance de Marie lors de la crucifixion de Jésus. C’est l’un des textes les plus poignants de la liturgie chrétienne. Plainte dolente et fervente, le texte remonte au XVIè, ici mis en musique par deux compositeurs baroques napolitains. Alessandro Scarlatti (en 1724, honorant une commande de la confrérie des Chevaliers de la Vierge des douleurs), puis le génial et mort trop tôt, Pergolesi, qui signe ainsi son testament artistique. L’inspiration est hautement spirituelle voire mystique, inspiré par la souffrance d’une mère, recueillant le corps torturé de son fils… La partition de Scarlatti sera ainsi chanté chaque Vendredi Saint, jusqu’en 1736 à Naples selon le voeu des Chevaliers ; lesquels ensuite, désirant un opus plus moderne, passent commande au cadet de Scarlatti, le jeune et déjà génial Pergolesi qui n’a que 26 ans. Avant de mourir, deux mois après cette commande, à cause de la Tuberculose, le jeune napolitain livre un chef d’oeuvre pour deux voix solistes et continuo. Après avoir composé son Stabat, Pergolesi se retire au couvent des Capucines de Puzzuoli.