Retour sur l'onction des catéchumènes

Lorem ipsum dolor sit amet
Le dimanche 6 février dernier a eu lieu en présence de Mgr Jean-Paul James, archevêque de Bordeaux, l'onction des catéchumènes à la Maison diocésaine Saint Louis Beaulieu. Cette célébration est une étape importante vers le baptême qu'ils recevront lors de la Vigile pascale. Découvrez le témoignage de certains de ces adultes.

Que représente cette journée pour vous ?

Amedy : "Cette journée marque une étape dans mon cheminement parce que je suis d'une famille complètement athée. Le fait de se retrouver tous ensemble avec des personnes qui vivent la même chose que moi et qui avancent aussi est très constructif. Cela fait du bien de se rendre compte que l’on est tous ensemble et que l’on est en communion."

Qu'est-ce qui vous a mis en marche vers le baptême ?

Yannick : "Ce qui m’a mis en marche c’est que j’ai suivi une éducation catholique enfant à l’école Saint-Seurin. J’ai toujours suivi ces traditions catholiques avec ma maman et puis au cours de ma vie conserver une certaine droiture, un certain savoir être. Il y a quelques années de cela j’ai rencontré une femme. Je suis tombé extrêmement amoureux. Puis un jour je me suis dit effectivement si je voulais l’épouser, je voulais que cela soit devant le seigneur et pas simplement un papier. C’est pour toutes ces raisons une éducation catholique et d’avoir rencontré cette femme qui a fait que j’ai décidé un jour de me faire baptiser."


Ly : "En réfléchissant j'aurais pu entamer cette démarche il y a 20 ans en Europe, car je suis Australien. Les églises européennes sont belles, je n'ai jamais pensé à me faire baptiser. Plus récemment mes études en philosophie d’abord et en particulier quelques personnes qui m’ont touchées personnellement au cœur. Ils étaient tous catholiques. Voilà mes motivations".

Miniature YouTube (10).png

L'onction des catéchumènes a pour but de fortifier le courage des futurs baptisés, elle signifie à ceux qui vont recevoir les sacrements de Pâques que la force du Christ agira dans leur faiblesse pour lutter contre le mal.
Source : liturgie.catholique.fr