Kerygma 2023 : un rassemblement intense à Lourdes

Jésus Christ t'aime, il a donné sa vie pour te sauver, et maintenant il est vivant à tes côtés chaque jour pour t'éclairer, pour te fortifier, pour te libérer.
K
érygme du pape François

Du 21 au 23 octobre 2023 un grand rassemblement a eu lieu à Lourdes, regroupant plus de 3000 personnes venues des quartes coins de la France pour échanger sur le Kérygme.

Descendre, descendre sous terre pour remonter ensuite : c’est ce que nous avons fait physiquement en passant quasiment trois jours dans la basilique souterraine Saint-Pie X du sanctuaire de Lourdes. Tout un symbole pour réfléchir, approfondir, vivre ensemble, en Église le sens du kérygme. Ce mot étrange, qui est le concentré de notre foi : Jésus est mort et il est ressuscité pour nous sauver !

Comme toute comparaison, celle évoquée par la descente dans la basilique souterraine a bien sûr ses limites, car ce ne sont pas les ténèbres que nous y avons trouvé mais un torrent de lumières multicolores. Ce n’est pas le vide que nous avons rencontré, mais près de 3000 personnes venues de tous les diocèses de France et même de Suisse, de Monaco et des Antilles ! Ce ne sont pas la froideur et la tristesse que nous avons éprouvées mais la joie, la liesse exprimée par les chants, les rires. Et ce n’est pas le silence mais de grandes voix qui se sont adressées à nous pour nous aider non seulement à entrer dans le mystère de ce kérygme mais à le vivre avec tous nos sens, avec tout notre corps.

Ce rassemblement à Lourdes est la deuxième étape d’un processus voulu par les évêques de France et plus particulièrement le conseil pour la catéchèse et le catéchuménat, qui ont voulu répondre à l’invitation du pape François à fonder toute activité d’évangélisation sur le kérygme. Une première phase, durant toute l’année pastorale 2022-2023 a permis de réaliser un état des lieux, de repérer ce qui est en train de germer et de discerner les besoins. La seconde étape, à Lourdes, a rassemblé les délégations des diocèses de France, autour de leurs évêques. La troisième étape permettra le déploiement et l’appropriation locale de ce qui a été reçu et partagé dans les diocèses et lors de ce rassemblement.

Dès le vendredi soir, c’est sans ménagement que nous avons été plongés dans « ce bain d’évangélisation » au son de la musique et des chants dont l’hymne du rassemblement « à vous d’en être les témoins : Christ est vivant il est ressuscité » annonçait clairement la couleur de ce que nous sommes appelés à être, à vivre. Puis les jours suivants, des conférences et des ateliers ont permis d’entrer un peu plus en profondeur dans le mystère du kérygme, pour le comprendre un peu mieux mais surtout pour trouver les mots, les attitudes, l’être pour l’annoncer dans le monde dans lequel nous vivons.

Comme l’ont résumé les évêques de notre Province en fin de session, c’est une belle expérience de communion que nous avons vécue, pendant laquelle nous avons davantage parlé de Jésus Christ et moins de l’Église en tant qu’institution. Nous avons moins parlé de l’Église mais nous avons vécu en Église pour, ensemble, redécouvrir que nous ne sommes pas seuls, que Jésus nous accompagne dans chacune de nos missions et que l’onction de l’Esprit Saint en est le moteur.

Mais l’enseignement essentiel se résume peut-être ainsi : le kérygme n’est pas seulement un message, c’est aussi celui qui le porte : « à nous d’en être les témoins ».


Témoignage de Renaud Dulin, diacre. Renaud et Jacqueline Dulin sont responsables de la pastorale familiale du diocèse de Bordeaux et  membres de la délégation Kerygma du diocèse.