“ Soyez des évangélisateurs, des initiateurs et des tisserands ! ”

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie prononcée par le cardinal Jean-PIerre Ricard lors des ordinations de cinq prêtres et deux diacres en vue du sacerdoce, en la cathédrale Saint-André de Bordeaux, le dimanche 26 juin 2016.

Chers frères et sœurs en Christ,

« Suis-moi » ! Cet appel de Jésus que nous venons d’entendre dans l’Évangile retentit dans toute sa radicalité, ce soir, au cœur de cette ordination. C’est parce que vous avez entendu cet appel du Seigneur, chers frères ordinands, que vous avez répondu : « me voici » et vous êtes mis en route.

Aujourd’hui, le Seigneur va vous associer au ministère apostolique et va faire de vous ses prêtres et ses diacres. Le ministère sacerdotal que vous allez recevoir, ou auquel vous vous préparez, vous qui allez être ordonnés diacres, a été clairement décrit par le Concile Vatican II. On lit dans la Constitution sur l’Église : « Par la vertu du sacrement de l’Ordre, à l’image du Christ prêtre suprême et éternel ils (les prêtres) sont consacrés pour prêcher l’Évangile, pour être les pasteurs des fidèles et pour célébrer le culte divin en vrais prêtres du Nouveau Testament » (Lumen Gentium, n° 28). Si la théologie du ministère presbytéral est relativement claire, les conditions de son exercice concret le sont beaucoup moins. D’où les questions légitimes que se posent un certain nombre de prêtres et en particulier de jeunes prêtres : comment être prêtres aujourd’hui dans l’environnement qui est le nôtre, en urbain, en rural, ou pour toi, Vincent, demain au Cambodge ? A quoi faut-il être particulièrement attentifs pour servir au mieux le Christ et son Église ? Quels sont les accents à mettre dans notre ministère ? Qu’est-ce qui est attendu de nous ? Oui, c’est à un véritable discernement pratique que nous sommes appelés. Et ce discernement, c’est en Église, tous ensemble, que nous avons à le faire.

 

 

Pour y aider, permettez-moi de vous partager ce soir trois convictions :

 

Chers frères qui allez être ordonnés,

1) Soyez des évangélisateurs

Je crois que le Concile Vatican II a été profondément prophétique quand il a rappelé que la mission première des évêques et des prêtres était l’annonce aux hommes de l’Évangile du Christ. Dans une société où beaucoup de nos contemporains n’ont jamais entendu parler du Christ, n’ont jamais été catéchisés ou se sont éloignés de la foi chrétienne, il nous faut nous risquer à une première annonce du Christ, partager en quelques mots le cœur de la Bonne Nouvelle, rendre compte à quiconque nous le demande de l’espérance qui est en nous (cf. 1 Pi 2, 15). Des hommes, des femmes, des jeunes sont beaucoup plus en attente qu’on ne croit. C’est saint Paul qui disait : « Malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile » (1 Co 9, 16). Comme l’Apôtre, nous sommes invités à être des missionnaires de plein vent. C’est d’ailleurs là où nous ne l’attendons pas que Dieu vient nous surprendre. Soyons prêts et disponibles.

 

  1. Soyez des initiateurs et des accompagnateurs

 

Évangéliser, c’est aussi devenir disciples du Christ, c’est-à-dire entrer dans une expérience. Cette expérience, c’est l’expérience chrétienne où on apprend ensemble à accueillir le Seigneur, à se laisser accueillir par lui dans la prière, à se mettre à l’écoute de sa Parole, à convertir sa vie pour vivre selon l’Esprit du Seigneur. Beaucoup ont besoin aujourd’hui d’être introduits dans cette expérience, d’être guidés et accompagnés. On n’a jamais parlé autant d’initiation, et de la place capitale de l’initiation, pour les catéchumènes, pour les jeunes, pour des adultes qui se préparent à la confirmation ou à l’eucharistie. Le dernier synode romain et l’exhortation du pape François Amoris laetitia ont souligné l’importance de l’accompagnement des personnes et des familles. Cela appelle présence et attention pour aider chacun à discerner ce que le Seigneur attend de lui. La vie chrétienne peut être comparée à une course en montagne. Chers frères ordinands, chers frères prêtres, soyez des guides sûrs, au pas assuré, soyez des accompagnateurs proches et patients, attentifs à l’ardeur ou à la fatigue de ceux que vous entrainez dans la marche de la vie chrétienne, partageant les joies, les peines, les espérances et parfois les épreuves de ceux dont le Seigneur vous a rendus solidaires.

 

  1. Soyez des « tisserands »

 

L’aventure chrétienne n’est pas une aventure que l’on vit en solitaire. Rien ne lui est plus étranger que le repli individualiste. C’est ensemble, en s’entraidant mutuellement, que l’on accueille le Christ, que l’on vit de lui et que l’on témoigne de lui. L’Évangile fait naître et suscite la communauté. Évangéliser, c’est donc tisser au jour le jour ces liens communautaires, car l’Église ne cesse de naître et de grandir. Soyez des tisserands de cette grande tapisserie ecclésiale. Tissez ces liens avec les autres prêtres dans le cadre du presbyterium, avec votre évêque, avec les diacres et tous ces baptisés qui portent avec vous ce souci de la vie et de la mission de notre Église. Ne vous découragez pas, même si parfois ce tissage demande à réparer accrocs ou déchirures, s’inscrit dans la durée ou semble devoir être sans cesse remis sur le métier. Soyez des artisans de communion, des éveilleurs à la mission, des formateurs de communautés missionnaires.

Certains s’inquiètent devant l’avenir de notre Église. Certes, dans les années qui viennent, nous risquons de voir bien des bouleversements dans le paysage ecclésial. Mais je crois que se prépare un vrai printemps pour l’Évangile, un vrai printemps pour l’Église. Sur l’arbre ecclésial, ne nous laissons pas impressionner par les branches mortes. Sachons voir les bourgeons qui ne demandent qu’à éclore.

Chers jeunes présents dans notre assemblée, demandez-vous si le Seigneur ne vous appelle pas à entrer à la suite de tous ceux qui vont être ordonnés dans cette grande aventure de l’Évangélisation. Pour communiquer la vie qu’il veut donner aux hommes, pour leur dire son amour, le Seigneur a besoin de notre voix, de notre visage et de nos mains. Aujourd’hui, plus que jamais, le Seigneur nous appelle : « Viens. Suis-moi. Je ferai de toi un pécheur d’hommes ». Que l’Esprit Saint nous donne de répondre dans la joie à cet appel du Seigneur ! Amen.

 

+ Jean-Pierre cardinal Ricard

Archevêque de Bordeaux

Évêque de Bazas

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+