“ Répondez au triple appel de Dieu ”

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie prononcée par le cardinal Jean-Pierre Ricard lors de l'Appel décisif des catéchumènes, le dimanche 14 février 2016, en la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

 

 

Chers catéchumènes,

Chers amis,

Ces textes de l’Écriture que nous venons d’entendre nous conduisent au cœur de l’expérience chrétienne. Ils nous partagent trois convictions fondamentales et nous lancent un triple appel :

  1. Vis une amitié avec Dieu

Dans le livre du Deutéronome, Moïse rappelle à l’Israélite qu’il fait partie d’un peuple qui a été libéré par Dieu et qui est appelé à vivre avec Dieu une histoire sainte, une histoire d’Alliance. Dans cette histoire, Dieu se révèle comme un Dieu qui veut nouer avec l’homme une relation personnelle, une amitié, un amour, une alliance. Jésus vient porter en pleine lumière ce visage de Dieu, de ce Dieu qui est un Père qui envoie son Fils pour dire aux hommes à quel point ils sont aimés. Ce Père nous donne son Fils comme notre compagnon de route, celui qui marche avec nous et nous soutient de la force de son Esprit : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » (Mt 28, 20). La foi chrétienne ne saurait être une simple croyance (croire que Dieu existe : cf. « L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer que cette horloge existe et n'ait pas d'horloger » (Voltaire)), ni une énergie cosmique impersonnelle. Avoir la foi, c’est vivre une relation d’amitié avec le Christ ressuscité qui n’abandonne pas les siens, lui qui leur a dit : « Je ne vous appelle plus serviteurs mais amis…Ce n’est pas vous qui m’avez choisi mais c’est moi qui vous ai choisis, appelés et envoyés pour que vous partiez et que vous portiez du fruit ». Être baptisé, c’est vivre toute sa vie cette relation d’amitié, c’est la cultiver, l’approfondir dans la prière, dans l’écoute de la Parole de Dieu, dans la célébration des sacrements et dans la participation à la vie ecclésiale, qui est la vie de la communauté des disciples et des amis du Seigneur. Vivre cette amitié, c’est répondre à l’amour du Seigneur en offrant notre vie au Seigneur, en la remettant avec confiance entre ses mains.

Chers catéchumènes, le Seigneur vous appelle aujourd’hui à entrer plus avant dans son amitié. Écoutez sa Parole et vivez en sa présence !

 

  1. Laisse grandir en toi le salut

Saint Paul nous dit dans sa lettre aux Romains que ceux qui croient au Christ, qui confessent le Christ, pas seulement des lèvres mais dans le cœur, seront sauvés : « Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé ». Que faut-il entendre par le mot de « salut » ? Qu’est-ce qu’être « sauvé » ? Ce mot semble démonétisé aujourd’hui et c’est vrai qu’il est peu employé. Ce mot désigne pourtant une réalité fondamentale : Dieu veut nous sauver, non seulement demain dans l’au-delà mais aujourd’hui dans notre vie ici-bas. Le salut désigne une qualité de vie, une plénitude de vie. L’amitié avec Dieu change la vie. Chers catéchumènes, vous avez commencé à en faire l’expérience. Vivre avec le Christ, c’est s’ouvrir au souffle de son Esprit. Et cet Esprit met dans nos vies lumière, joie, force, paix, confiance, capacité d’aimer plus généreusement, espérance, courage pour faire face aux difficultés ou pour témoigner. Le Psaume 1 nous dit que le juste qui vit cette amitié avec Dieu ressemble à un arbre planté auprès d’un cours d’eau : « Il est comme un arbre planté auprès des cours d’eau ; celui-là portera du fruit en son temps et jamais son feuillage ne sèche ; tout ce qu’il fait réussit » (1,3).

Chers catéchumènes, laissez-vous habiter par l’Esprit du Seigneur. Dieu veut demeurer chez vous, en vous. Si vous vivez en sa présence, il vous transformera. Il vous fera voir son salut. Il vous donnera de goûter à une véritable qualité de vie !

 

  1. Fais des choix selon Dieu

Dans l’Évangile, nous voyons Jésus qui est tenté. Toutes ces tentations de Satan visent à le détourner de la voie qui est la sienne, de la voie d’un messianisme humble, obéissant au Père, respectueux de la liberté des hommes. Il refuse de s’imposer en obligeant les hommes à croire en lui par l’utilisation du merveilleux, du spectaculaire, du miraculeux. Il vient au devant des hommes, les mains nues, avec les seules forces de son amour. Là où le peuple avait cédé à la tentation, Jésus, lui, a résisté et a été victorieux. Pourtant Moïse avait dit au peuple de la part de Dieu : « J’ai mis devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction, le bonheur ou le malheur. Choisis la vie, en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa Parole, en t’attachant à Lui » (cf. Deut. 30, 19-20).

Dans notre vie, nous avons aussi des choix à faire. Nous pouvons suivre le Seigneur. Mais nous pouvons, comme le peuple d’Israël, avoir la tentation de l’abandonner. Le chemin paraît alors trop rude, trop exigeant. Le bonheur nous semble se trouver ailleurs. Tentation d’oublier Dieu, de ne plus lui donner sa place dans nos vies. Tentation de se donner des idoles : tout sacrifier pour ces idoles modernes que sont l’amour de l’argent, le plaisir, la soif de consommation, la réussite professionnelle à n’importe quel prix, l’ambition dévorante. Nous croyons y trouver la vie pleine, le bonheur. Nous risquons de ne rencontrer que la déception, l’échec et un goût de cendre dans la bouche. Les idoles sont toujours fascinantes et décevantes.

Chers catéchumènes, demandez au Seigneur la force de savoir faire des choix, la grâce de poursuivre votre marche avec lui et d’écrire au jour le jour l’histoire de votre fidélité.

Vous avez franchi la Porte Sainte, la Porte de la Miséricorde. Le Christ est la porte. C’est par lui que vous entrez dans l’expérience chrétienne. Que cette marche que vous poursuivez avec lui soit décisive, qu’elle vous prépare au baptême et vous fasse parcourir la route de la vie chrétienne. Puissiez-vous répondre de tout cœur à ce que Dieu demande à travers la voix du prophète Michée : « On t’a fait savoir, homme, ce qui est bien, ce que le Seigneur réclame de toi : rien d’autre que d’accomplir la justice, d’aimer la bonté et de marcher humblement avec ton Dieu » (Mi. 6, 8). Amen.

 

+ Jean-Pierre cardinal Ricard

Archevêque de Bordeaux

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+