" Ne me retiens pas "


Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Méditation du matin de Pâques 2019, prononcée par Mgr Jean-Pierre Ricard, lors de la célébration œcuménique au Temple du Hâ et à la cathédrale Saint-André, le dimanche 21 avril 2019.

« Ne me retiens pas ! » dit Jésus à Marie de Magdala.

 

Avez-vous remarqué, frères et sœurs, que dans une société sécularisée comme la nôtre la célébration religieuse des obsèques est de plus en plus marquée par l’évocation du défunt : on met sa photo, on choisit la musique ou la chanson qu’il aimait ; on rappelle le souvenir d’événements vécus avec lui ; on exprime tous les liens d’affection ou d’amitié que l’on avait tissés avec lui ; on parle du défunt sans que celui-ci puisse réagir ou corriger ce que l’on dit de lui. Tout cela est respectable, profondément humain. Mais cela ne dissipe pas l’impression que le mort est, en quelque sorte, enfermé dans son passé, prisonnier des souvenirs et des paroles de ceux et celles qu’il a quittés.

 

Marie de Magdala veut retenir Jésus. Sans en être pleinement consciente, elle l’enferme dans son affection, dans ses souvenirs, dans l’expérience humaine et spirituelle qu’elle a vécue avec lui. Elle le retient dans son passé. Or, le Christ ressuscité est un vivant, qui, certes, assume le passé, mais surtout ouvre un avenir : « Car je ne suis pas encore monté vers mon Père » dit-il à Marie. Il est celui qui précède toujours ses disciples et leur donne rendez-vous sur les routes de la mission. L’ange n’avait-il pas dit aux femmes : «Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront » (Mt 28, 10) ? La Galilée, c’est la Galilée des nations, des nations païennes…c’est sur cet horizon missionnaire que le Ressuscité se donnera à rencontrer. Marie fera l’expérience de la présence et de la puissance du Ressuscité en étant témoin de la Résurrection. C’est une femme qui sera « l’apôtre des apôtres » : « Pour toi, va trouver mes frères et dis-leur que je monte vers mon Père qui est votre Père, vers mon Dieu qui est votre Dieu ». Marie est la première évangélisatrice. Elle dira aux disciples : « j’ai vu le Seigneur, et voici ce qu’il m’a dit ».

 

Toute l’expérience apostolique est là pour nous dire que l’on n’enferme pas Jésus dans le passé de nos expériences, de nos discours, de nos modes de pensée, de ce que l’on appelle aujourd’hui nos sensibilités. Ne retenons pas le Christ dans le trop connu, dans les sécurités que nous nous sommes données. Soyons une Église « en sortie ». Allons à la rencontre du Seigneur là où il nous attend, là où il veut nous révéler son vrai visage, là où retentira son Évangile comme une Bonne Nouvelle aux accents vraiment neufs. Regardez Pierre dans les Actes des Apôtres. Il se met en route, il affronte l’inconnu, il rencontre le centurion Corneille et c’est là que Dieu l’attend. C’est là que l’Esprit du Christ le renouvellera en profondeur.

 

Frères et sœurs, ne retenons pas le Seigneur ! Laissons-nous envoyer en mission par Lui. C’est sur ces routes de la mission et de l’évangélisation que nous rencontrerons le Ressuscité. En ce matin de Pâques, ne retenons pas le Seigneur, risquons-nous à sa suite. Amen.

 

 

+Jean-Pierre cardinal RICARD

Archevêque de Bordeaux

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+