La signification d’une église en régime chrétien

Ce qui fait la sainteté de ce bâtiment ecclésial, c’est d’être avant tout le lieu du passage du Seigneur, ce lieu où le Seigneur vient se donner un corps et envoie son Église dans le monde porter son Évangile.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie de Mgr Ricard, prononcée lors de la messe du dimanche 20 août 2017, à Lacanau, à l'occasion du 250ème anniversaire de l'église.

 

Chers amis,

 

Célébrer le 250ème anniversaire de son église est l’occasion pour une paroisse, non seulement de redécouvrir le bâtiment, de parcourir son histoire mais aussi de se réapproprier la signification profonde de ce qu’est une église en régime chrétien. Un petit détour par l’histoire n’est pas inintéressant.

 

Même si un certain nombre d’églises chrétiennes ont été bâties sur l’emplacement de temples païens, la signification d’un temple et celle d’une église sont radicalement différentes. Le temple est fermé. Il est vide. Il contient la statue du dieu ou de la déesse. Seul le clergé peut pénétrer dans cet espace sacré. Le culte, sous forme de prière et de sacrifices, se fait à l’extérieur et l’autel des sacrifices est construit entre le temple et la rue. En régime chrétien, l’église n’est pas d’abord le lieu de la divinité, elle est le lieu du rassemblement de la communauté. C’est l’assemblée qui est première. Le mot grec qui signifie l’assemblée (ecclésia) va désigner ensuite le bâtiment qui l’abrite : l’église. D’ailleurs, les premières églises ont été des maisons particulières qui ont accueilli la communauté chrétienne. Ensuite, après la conversion au christianisme de Constantin, pour l’édification des églises, on a moins pris le modèle des temples que celles des basiliques civiles, ces lieux où le peuple se rassemblait et où était rendue la justice.

 

Pour des chrétiens, ce sont moins les murs qui sont sacrés que l’assemblée. C’est elle qui est une assemblée sainte. En effet, pour des croyants, le rassemblement des disciples du Christ n’est pas exactement du même type que la réunion d’une association, d’une organisation professionnelle ou politique. Elle est le corps du Christ, ce corps que le Seigneur se donne aujourd’hui dans le monde. En effet, quand le Christ ressuscité remonte vers le Père, il n’abandonne pas les siens. Il leur dit : « Je ne vous laisserai pas orphelins » (Jn 14, 18). Il va être présent à travers un nouveau corps qu’il se donne, celui de la communauté de ses disciples, à qui il communique son Esprit. Il se rend présent en eux et par eux. Chacun devient alors un membre de ce nouveau corps ecclésial qu’Il se donne. On comprend que Saint Paul ait pu dire aux Corinthiens : « Vous êtes le corps du Christ » (1 Cor. 12, 27). Le Christ, aujourd’hui, n’a pas d’autre façon de se révéler au monde que par ce que ses disciples en disent, en témoignent, en montrent. Même si c’est l’Esprit Saint qui travaille dans les cœurs, on ne devient chrétien, on ne demande le baptême, on n’entre dans l’Église, que parce qu’on a rencontré d’autres chrétiens qui nous ont conduits au Christ.

 

Et si il y a un lieu et un moment où le Christ fait de l’assemblée de ses disciples son corps, c’est bien l’eucharistie. A chaque messe, le Seigneur nous appelle, nous convoque, nous dit que là où deux ou trois sont réunis en son nom il est présent parmi eux. Il nous offre sa vie ; il nous donne son corps et quand nous nous unissons à lui, quand il s’unit à nous dans la communion, il fait de chacun d’entre nous les membres de son corps. Le corps eucharistique devient le corps ecclésial. Nous, qui recevons le Christ, nous avons à vivre comme des membres vivants du Christ, comme des disciples et des témoins du Seigneur. C’est ce que Saint Augustin disait aux chrétiens d’Hippone, la ville dont il était l’évêque : « En te présentant l’hostie, on te dit ‘le corps du Christ’. Tu réponds ‘amen’. Sois un membre du corps du Christ pour que ton amen soit vrai ». D’ailleurs, quand la messe s’achève et que le célébrant dit « Allez dans la paix du Christ », cet envoi ne veut pas dire simplement ‘au revoir’, mais ‘allez, c’est maintenant, dans votre vie de tous les jours que vous avez à vivre comme un membre du corps du Christ, à témoigner du Seigneur et de son Évangile’.

 

L’église, bien sûr, est le lieu où on va garder le saint sacrement, le pain eucharistique, qui pourra être porté aux absents et aux malades. Mais ce qui fait la sainteté de ce bâtiment ecclésial, c’est d’être avant tout le lieu du passage du Seigneur, ce lieu où le Seigneur vient se donner un corps et envoie son Église dans le monde porter son Évangile.

 

C’est donc l’assemblée des chrétiens qui donne vie et sens à son église. Si les chrétiens ne se rassemblent plus, ne fréquentent plus leur église, ne viennent plus y prier, l’église devient un monument inutile, ou bien si elle est ancienne, un simple monument historique qui a surtout une valeur patrimoniale. Elle a alors perdu son âme. Elle ressemble à ces coquillages que l’on trouve sur les plages mais qui ont perdu leurs habitants. On ne les ramasse plus que comme éléments de décoration.

 

La signification profonde de ce qu’est une église vient donc nous rappeler ces caractéristiques fondamentales de toute vie chrétienne :

 

  1. Être membre d’une communauté, participer à une assemblée, fait vraiment partie de l’être chrétien. On n’est pas chrétien tout seul dans son coin. On l’est avec d’autres. Le Christ vient à nous quand nous sommes réunis en son nom. Un chrétien isolé est un chrétien en danger.

 

  1. Le Seigneur a besoin de nous pour venir à la rencontre des hommes et des femmes de notre temps. Tout disciple de Jésus est appelé à être témoin. Tout disciple doit être missionnaire. Le témoignage n’est pas matière à option pour un chrétien.

 

  1. Pour vivre cette mission, on a besoin d’être profondément relié au Christ. Le pape François nous dit que c’est parce qu’on a le cœur touché par le Christ que l’on souhaite le faire connaître et le faire aimer.

     

  2. S’il y a un lieu où le Seigneur se donne à nous et fait de nous des témoins missionnaires, c’est l’eucharistie. La messe est essentielle pour un chrétien. Si il y en a un qui a besoin de l’eucharistie, c’est le Christ ! C’est par elle qu’il se donne un corps dans le monde. Pour les premiers chrétiens, la participation à l’Eucharistie était vitale. Lors de la persécution de Dioclétien, en 304, les chrétiens d’Abitène (dans la Tunisie actuelle) diront à leurs persécuteurs : « nous ne pouvons pas déserter l’assemblée ; nous ne pouvons pas vivre sans le dimanche ! ». Ils avaient fortement conscience que dans le rassemblement eucharistique, le Christ se donnait un nouveau corps dans le monde, le corps de ses disciples, l’Eglise. Au 3° siècle dans la Didascalie des apôtres, il est dit : « Ne déserte pas l’assemblée, car au corps du Christ, il ne doit manquer aucun de ses membres ! » Soyons des passionnés de l’Eucharistie, du rassemblement eucharistique, de cette rencontre transformante avec le Christ ressuscité.

 

  1. Je dirais enfin : Soignez votre église, gardez-là propre, ouvrez-là, fréquentez-là. Qu’on sente qu’il y a une communauté vivante qui s’y réunit, qu’elle n’est pas un musée, vestige du passé, mais une maison de famille agréable et accueillante à tous.

 

Frères et sœurs, je souhaite que la célébration de l’anniversaire de votre église soit un vrai tremplin pour votre vie chrétienne et votre vie ecclésiale, à la fois personnelle et paroissiale. Amen.

 

+ Jean-Pierre cardinal Ricard

Archevêque de Bordeaux

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+