“ L’amour qui traverse l’abîme est naissance d’humanité ”

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie de la Vigile pascale prononcée par le cardinal Jean-Pierre Ricard en la cathédrale de Bazas, ce samedi 26 mars 2016.

 

Chers frères et sœurs,

Notre foi en la résurrection repose sur le témoignage des apôtres qui nous disent: « Oui, vraiment, le Christ est ressuscité, nous en sommes témoins ! ». La question que se posent un certain nombre de nos contemporains - et peut-être nous-mêmes à certains jours – est celle-ci : pouvons-nous leur faire confiance ? N’ont-ils pas pris pour réalité ce qui ne serait, en fait, que le produit de leur imagination ou de leur désir ? Ne se sont-ils pas eux-mêmes illusionnés ?

L’écoute des témoins, tels qu’ils nous sont présentés dans nos évangiles, est sur ce point très instructive. Nous ne sommes ni devant des illuminés ni devant des exaltés, mais devant des femmes et des hommes qui sont encore accablés par la mort de leur maître. Ils ne semblent pas attendre un retour de Jésus. Les femmes vont au tombeau pour achever les rites funéraires interrompus par le repos du sabbat. L’absence du corps rend perplexes les disciples. Ils ne croient pas les femmes : « ces propos leur semblaient délirants, et ils ne croyaient pas ». Même Pierre est surpris par le tombeau vide et « retourne chez lui, tout étonné ». Les disciples sont encore marqués par le grand cri de Jésus sur la croix, par sa mort et sa mise au tombeau, par le silence du Père. Si Dieu n’a rien fait pour sauver son envoyé, celui-ci était-il bien l’envoyé de Dieu ? Etait-il le Prophète attendu, ou bien un faux prophète ? Les deux disciples qui ont pris la route d’Emmaüs ont répondu pour leur part à ces questions : ils avaient espéré en Jésus. Ils se sont trompés. L’aventure est terminée. Ils vont reprendre leurs activités antérieures. Les disciples de Jésus ont traversé pendant ces heures de la passion une terrible épreuve pour leur foi.

Il va donc falloir qu’un événement survienne, les surprenne, crée comme une brèche dans leur vie pour que la lumière se fasse, pour que leur foi surmonte, petit à petit, questions et doutes. Cet événement, c’est l’expérience du Christ vivant qui vient à leur rencontre, se fait reconnaître d’eux et converse avec eux. Il s’est réveillé d’entre les morts. Il s’est relevé de la mort. Il est ressuscité. Il est vivant. C’est bien le même. On le reconnaît et pourtant il est transformé. Il n’est pas revenu à une vie antérieure. Il est entré dans une vie nouvelle, dans la gloire du Royaume de Dieu.

Cette expérience du Ressuscité va bouleverser la vie des disciples. Elle va les faire passer du doute à la foi, de la tristesse à la joie, de la peur au courage, du silence à la mission. L’accueil du Ressuscité a été une formidable force de transformation de leur vie. Ils vont annoncer la Bonne Nouvelle de la Résurrection de Jésus comme une promesse de vie et de renouvellement intérieur pour tout homme.

 

 

Aujourd’hui, nous pouvons, nous aussi, faire l’expérience de cette transformation intérieure, si nous accueillons le Christ, si nous écoutons sa Parole, si nous laissons son Esprit nous habiter. La Résurrection du Christ s’éprouve plus qu’elle ne se prouve. Oui, c’est en accueillant le Christ et en laissant sa Parole nous habiter que nous expérimentons cette puissance de transformation qu’est la résurrection. 

Je suis frappé de voir combien les catéchumènes adultes qui vont être baptisés dans la nuit pascale - et nous avons la chance, la grâce, d’avoir Mariam parmi nous ce soir  - expérimentent très fortement ce que cette rencontre avec le Christ ressuscité a fait naître en eux. Ils en parlent comme d’une nouvelle naissance, d’une libération, d’une guérison,  d’une illumination où leurs yeux se sont ouverts, comme d’une autre façon de voir la vie et de se situer par rapport aux autres.

Chers jeunes, qui allez être confirmés ce soir, vous avez expérimenté que la foi dans le Christ donnait un sens à votre vie, que vous aviez dans l’écoute de sa Parole une boussole pour votre existence. Vous avez découvert que le Christ mettait en vous une source d’eau vive, capable de vous désaltérer, de répondre à votre soif d’amour la plus profonde. Par l’accueil du Saint Esprit, vous venez nous rappeler qu’aujourd’hui comme autrefois pour ses disciples le ressuscité nous communique son souffle. Comme dit Saint Jean: « ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et leur dit : « Recevez le Saint Esprit » » (Jn 20, 22). C’est ce souffle qui nous communique le pardon des péchés, la lumière de la foi, la flamme de l’amour, la guérison des blessures intérieures, le goût de la prière, le courage du témoignage. Seul le Christ peut nous faire tenir debout dans un environnement qui n’est pas porteur. Oui, accueillons dans la joie ce souffle du Ressuscité !

Notre monde en a aujourd’hui un besoin urgent. Nous savons qu’il peut y avoir en l’homme une puissance de destruction considérable, destruction des relations avec les autres par la recherche du profit ou du pouvoir, destruction des liens sociaux ou de l’environnement naturel par des décisions économiques, destruction des autres par le terrorisme pour défendre sa cause - nous l’avons vu ces jours derniers avec les attentats de Bruxelles- , destruction de soi-même par l’alcool, la drogue, la jalousie, la culpabilité ou l’anxiété. On sait ce que certaines blessures intérieures peuvent entraîner comme difficulté à vivre. Annoncer la Résurrection, c’est inviter à accueillir la Parole du Christ et à faire l’expérience de sa force de libération et de guérison. L’amour qui traverse l’abîme est naissance d’humanité. Par son Esprit, le Christ vient nous libérer des forces du mal, de la haine, de la destruction et de la mort qui nous emprisonnent. Il nous fait renaître dans notre humanité. Il ouvre un chemin de vie.

Accueillons-le, ouvrons-nous à sa puissance de résurrection et témoignons de ce que le Seigneur a fait en nous dans sa miséricorde. Voilà le vrai message de Pâques !

Alors, bonne fête de Pâques à tous !

+ Jean-Pierre cardinal Ricard

Archevêque de Bordeaux

Évêque de Bazas

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+