“ Pentecôte, c'est aujourd'hui ! ”

À l'occasion de la fête de la Pentecôte, voici la catéchèse du cardinal Jean-Pierre Ricard, publiée dans "Eglise catholique en Gironde" de mai 2013.

Quand on lit les Actes des Apôtres, on a l’impression de toucher l’action de l’Esprit Saint. La Parole de Dieu est efficace, le Seigneur est à l’œuvre. L’événement de la Pentecôte a des effets durables. Il nous est dit à propos de la première communauté chrétienne : « Et le Seigneur adjoignait chaque jour à la communauté chrétienne ceux qui trouvaient le salut » (Ac 2, 47). Je dois avouer que cette parole des Actes m’a habité tout au long de ma lecture des lettres que m’ont adressées les adultes pour demander le baptême ou la confirmation.

“ Dieu passe toujours par une rencontre ”

Tous parlent d’une rencontre avec le Seigneur qui a bouleversé leur vie. Ils sont entrés dans une expérience croyante qui contribue à les transformer. Pour beaucoup, il y a un avant et un après : ils ne voient plus la vie de la même façon. Ils me décrivent le chemin qui les a conduits jusqu’au Christ, un chemin souvent long, sinueux, parfois semé d’épreuves ou d’embûches. Comme dit le proverbe portugais : " Dieu écrit droit avec des lignes courbes ! "

 

Quand ils évoquent leur itinéraire, ils parlent d’une action de Dieu qui touche leur cœur et les éclaire. Le Seigneur leur fait goûter paix et joie, les établit dans la confiance. Mais cette action mystérieuse de Dieu passe aussi toujours par une rencontre, une rencontre souvent décisive avec un chrétien ou une chrétienne authentique. Ils ont été marqués par la foi profonde de leur conjoint, d’un(e) ami(e), d’une grand-mère, d’un prêtre, de laïcs qui les ont accueillis. Plusieurs témoignent :

« J’attendais sûrement une personne qui me prenne par la main et m’oriente vers le bon chemin »

« Ce n’est qu’en rencontrant une grande amie et future marraine, très croyante et pratiquante, en fac de médecine, que j’ai commencé à découvrir la foi chrétienne…J’ai commencé à entretenir avec elle de belles et longues discussions…Lorsqu’elle me parlait de son Dieu, avec tant de patience, de joie et d’amour, ça me touchait beaucoup »

Ce sont ces personnes rencontrées qui favorisent le contact de ces catéchumènes avec la communauté chrétienne. Certains peuvent appréhender ce contact avec l’Église. Seront-ils accueillis ? Ne vont-ils pas être jugés ? Ne risquent-ils pas d’être mis dans un moule ? Quelques-uns ont eu des expériences malheureuses, y compris en passant par des sectes. Ils sont alors heureux de découvrir un accueil chaleureux, inconditionnel, respectueux :

« Heureusement, depuis j’ai rencontré des gens religieux et croyants sincères, qui m’ont accueilli sans poser de question, sans juger. Ils m’ont écouté, rassuré et ne m’ont jamais rien demandé. Ils m’ont « seulement » aidé à exprimer ma foi »

« J’ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables, qui m’ont tendu la main sans jugement, de façon désintéressée. Constatant que j’étais aimée, j’ai compris que j’étais aimable »

« Moi qui craignais de devoir rentrer dans un moule, j’ai été agréablement surprise de voir la tolérance, l’ouverture d’esprit, l’amour fraternel de cette Église composée d’hommes et de femmes différents »

Dans toutes ces lettres, un mot revient quand ils parlent de l’Église, c’est le mot de « famille ». Ils évoquent : « la grande famille des chrétiens », « la familles des croyants ». Cela fait référence à une qualité de vie fraternelle et d’accueil mutuel, dans la prière, dans les échanges sur la Parole de Dieu, dans les partages de la vie quotidienne, dans l’assemblée dominicale :

“ Un mot revient quand ils parlent de l’Église, c’est le mot de "famille" ”

 

« C’est en accompagnant [mon mari] dans le deuil de son papa que j’ai découvert ce que voulait dire «appartenir à une communauté chrétienne ». J’ai vu des personnes dévouées l’aider, le soutenir, lui et toute sa famille, dans cette épreuve difficile à surmonter »

« Je me suis rendu compte aussi que l’on n’est pas chrétien tout seul, qu’on a le besoin de se rassembler avec des personnes qui partagent les mêmes espérances que vous. Aussi, c’est une joie pour moi tous les dimanches de retrouver une famille spirituelle, de partager avec eux, de recevoir les encouragements, et surtout de prier le Seigneur avec toute la communauté »

« Nous discutons et échangeons beaucoup sur notre religion. Les parcours de chacun sont très enrichissants » 

« Ces moments de rencontre m’ont ouvert les yeux et m’ont permis de voir les difficultés humaines mais aussi de découvrir qu’ensemble il y a une force »

Dans une société qui souvent vous juge, vous classe, vous évalue ou vous discrimine, ces nouveaux baptisés ou confirmés soulignent l’importance de cet accueil fraternel qui doit être celui d’une communauté chrétienne. L’accueil de la nouveauté du salut apporté par le Christ aujourd’hui passe par là.

Ces nouveaux baptisés ou confirmés ne sont pas d’emblée critiques vis-à-vis de l’Église. Ils lui sont trop reconnaissants d’être ce lieu où ils ont découvert la source d’eau vive de l’amour du Seigneur pour eux. Mais ils ont des attentes vis-à-vis d’elle. Celles-ci sont comme autant d’appels adressés à nos communautés chrétiennes. Elles ont à se laisser renouveler par l’Esprit de Pentecôte pour être ces communautés fraternelles, accueillantes, et priantes que nous le décrivent les Actes des Apôtres : « Ils se montraient assidus à l’enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières… Tous les croyants ensemble mettaient tout en commun; ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et en partageaient le prix entre tous selon les besoins de chacun. Jour après jour, d’un seul cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple et rompaient le pain dans leurs maisons, prenant leur nourriture avec allégresse et simplicité de cœur. Ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple. » (Ac 2, 42-47).

Oui, c’est l’Esprit qui ne cesse de faire jaillir l’Église. Pentecôte, c’est aujourd’hui !