Lettre aux catéchumènes adolescents qui devaient répondre à l'appel décisif ce 21 mars 2020

 La route vers le baptême va être un peu plus longue. Sans doute, ce baptême pourrait avoir lieu à partir du samedi soir 30 mai, vigile de la Pentecôte ou plus tard selon ce qui a été prévu.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Mgr Jean-Paul James, archevêque de Bordeaux, a adressé un message aux adolescentes qui se préparent à recevoir le baptême en Gironde et devaient répondre, ce samedi 21 mars 2020, à l'appel décisif.

Tu es en collège ou au lycée en Gironde. Et tu te prépares au baptême.

Quelle joie pour moi de le savoir !

Mais la joie n’est pas complète : j’espérais pouvoir te rencontrer ce samedi 21 mars avec ta famille, lors de la célébration prévue pour ton « appel décisif » à ce sacrement.

Hélas, l’épidémie en France rend la rencontre impossible. Alors, je te propose trois choses :

  • Puisque je n’ai pas la possibilité de te rencontrer, si tu le souhaites, tu peux adresser un courrier à mon secrétariat pour dire ce qui, pour toi, a été important pour prendre la décision de demander le baptême ? Est-ce une rencontre ? Une prière ? Une personne ? Une lecture ?
  • Ce samedi, je devais t’interroger, avec les 100 autres collégiens et lycéens qui demandent comme toi le baptême. Voilà la question : « Veux-tu être initié(e) par les sacrements du Christ : le baptême, la confirmation et l’Eucharistie ? » Je te propose de prendre un temps très bref samedi, dans ta chambre, à ton coin-prière, pour donner ta réponse au Seigneur et lui faire une prière.
  • À cause de l’épidémie, la route vers le baptême va être un peu plus longue. Sans doute, ce baptême pourrait avoir lieu à partir du samedi soir 30 mai, vigile de la Pentecôte ou plus tard selon ce qui a été prévu. Ce peut être dur d’attendre, de reculer l’échéance. Il peut y avoir des tentations d’abandonner. Si cela t’arrive, parles-en à une des personnes qui t’a accompagné(e) : ce peut être une animatrice, ton parrain ou ta marraine. Et, s’il te plaît, prie pour les malades et pour les personnels soignants.

Sans doute, ce n’est pas moi qui te baptiserai. Mais peut-être, je célébrerai ta confirmation. J’ai hâte de le faire. J’ai hâte de te voir. Ta démarche vers le baptême est une grande joie pour moi et pour tous les chrétiens.

+ Jean-Paul James

Archevêque de Bordeaux, évêque de Bazas

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+