L'Annonciation : la fête de deux oui lumineux !

À la suite de Notre-Dame, notre mission, c’est de donner la Vie, en faisant confiance au Seigneur, en s’appuyant sur Lui, sur son Amour, sur sa bonté.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Retrouvez l'homélie prononcée par Mgr James, archevêque de Bordeaux, pour la fête de l'Annonciation du Seigneur, le mercredi 25 mars 2020.

Alors que l’épidémie assombrit la vie de nos familles, du pays, la fête de l’Annonciation est une fête lumineuse ! La fête de deux oui lumineux, le Oui du Fils à son Père, le Oui d’une jeune femme à son Dieu.

« Me voici, je suis venu pour faire ta volonté ! » C’est le Oui lumineux du Fils au Père des cieux. Mais pourquoi ce oui ? D’où vient-il ? Il vient de l’amour de Dieu pour notre humanité magnifique et terrible à la fois. « Dieu a tellement aimé ce monde », nous dit Saint Jean. Et il l’aime encore davantage alors qu’il est éprouvé, pas seulement par le coronavirus, mais par les conflits en Syrie par exemple, par la misère en Haïti ou ailleurs. Non, Dieu ne réagit pas à nos épreuves par le mépris ou la suffisance, du style : après tout qu’ils se débrouillent ? Ou pire encore : ils n’ont que ce qu’ils méritent ! Quel scandale de penser cela ! Non, notre Dieu n’est pas pervers ! Il est Amour et Il n’est qu’Amour. Et quelle est la caractéristique de l’Amour ? Il ne supporte pas la distance ! C’est ce que nous éprouvons en ce moment chers amis, vous comme moi, douloureusement : Bien sûr, nous comprenons et nous respectons les mesures de confinement ; il ne faut surtout pas exposer davantage la santé des personnels soignants. Mais cela nous fend le cœur de savoir nos aînés isolés dans leur maison de retraite et de ne pas pouvoir leur faire une visite. C’est une épreuve de savoir que des amis sont dans le deuil et qu’on ne va pas pouvoir les serrer dans nos bras. Et vous, chers grands-parents, comment vivez-vous le fait de savoir que vos petits-enfants sont loin de chez vous ? Bien sûr, il y a Whatsapp, Skype et les webcams ; mais quelle épreuve de ne pas pouvoir les prendre dans ses bras ! Non, l’amour ne supporte pas la distance. L’amour cherche un contact plus étroit que celui des mots. Il veut une présence totale, corporelle. Voilà ce que nous fêtons aujourd’hui : «  Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, mais tu m’as fait un corps. J’ai dit : me voici O Père je viens pour faire ta volonté ». C’est le Oui du Fils à son Père. Voilà le Dieu auquel nous croyons ! Il a voulu être si près que nous puissions le voir de nos yeux, l’entendre de nos oreilles, le toucher de nos mains. L’Amour ne supporte pas la distance. Dans ce temps de confinement, alors, nous osons croire qu’il se fait encore plus proche de nous. Soyons attentifs aux signes discrets de Sa Présence : le Seigneur nous rejoint par une Parole qui nous touche, l’amitié d’un proche. Oui, soyons attentifs aux signes discrets : l’Amour véritable ne s’impose pas mais Il se fait proche.



Oui, du Fils à son Père, oui lumineux d’une jeune femme, la Vierge Marie à son Dieu. Tant de fois les artistes ont représenté l’Annonciation. Je pense à celle de Fra Angelico, ou à celle d’Arcabas tableau si lumineux ! Peut-être aujourd’hui, allons-nous réciter la prière du chapelet, unis aux chapelains de Lourdes. Le « Je vous salue Marie » nous l’avons appris sur les genoux de nos grand-mères ou de nos parents ! Restons un instant sur les premiers mots, ceux de l’Evangile : « je vous salue Marie ». Qui prononce ces mots ? C’est l’ange, le messager divin. C’est le Seigneur qui parle à Marie, une femme de notre humanité. Bien sûr Marie est unique, sa mission est unique. Mais, ce qui est dit de Marie, peut être dit de l’Eglise et de chacun de nous. Changez le prénom et prenez le vôtre : je te salue Isabelle, Vincent, Bruno, Claire . Que nous dit Dieu ? T’es nul ? Tu vaux rien ? T’as raté ta vie ? Est-ce cela ? Non ! Il dit : Je te salue ! Réjouis-toi ! Tu n’es pas seul ! Tu comptes à mes yeux ! L’Ange Gabriel, c’est le messager des bonnes nouvelles. Il vient apporter une Bonne Nouvelle, à ceux qui n’en reçoivent souvent que des mauvaises. Ne l’oublions pas en ce moment où nous saturons de nouvelles éprouvantes. Branchons-nous aujourd’hui sur le studio Gabriel ! Et quel message dit Dieu à Notre-Dame ? « tu vas concevoir » Tu vas donner au monde Celui qui est la Vie ; dit autrement : ta mission, c’est de donner la vie ! Dieu dit cela à chacun de nous, aujourd’hui, même aux plus âgés : ta mission c’est de donner la vie ! Dans cette épreuve de coronavirus, ta mission c’est de donner la vie ! A notre paroisse, à nos fraternités, à notre diocèse : ta mission, diocèse de Bordeaux, c’est de donner la vie ! Mais, comment cela sera-t-il possible alors que nous sommes confinés ? Car rien n’est impossible à Dieu ! Alors Notre-Dame répond : Me voici ! À la suite de Notre-Dame, notre mission, c’est de donner la Vie, en faisant confiance au Seigneur, en s’appuyant sur Lui, sur son Amour, sur sa bonté. Et voilà déjà des fruits : don de soi de tant de soignants, solidarité entre voisins, quelle fécondité, tout cela ! Ce soir, nous sommes invités à déposer des bougies à nos fenêtres ; allumons au moins deux bougies, les deux oui lumineux du Fils Unique et de la Vierge Marie ; et ajoutons, une petite bougie, la nôtre, notre oui, humble mais confiant au Seigneur, Source de Tout Amour et de toute vie.

Amen.

+ Jean-Paul James

Archevêque de Bordeaux, évêque de Bazas

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+