Lettre ouverte au monde médical et médico-social

Permets-nous de veiller sur les malades les isolés, les aînés et les enfants, les endeuillés, les plus fragiles.

Donne-nous d’être créatifs pour découvrir les soins, gestes et paroles qui apaisent.

Répands ton Esprit de force sur ceux qui jour et nuit, soignent malades et mourants. Que l’humanité en soit illuminée de douce joie et d’espérance.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Bordeaux, le 22 avril 2020, Mgr Lacombe écrit au monde médical et médico-social

Chers amis soignants,

C’est sous cette appellation très large que je m’adresse à vous en pensant à la diversité des personnes et des missions ainsi qu’à tous ceux avec qui vous êtes en lien, en premier lieu les malades et les aînés mais aussi les familles et tous vos partenaires. Je n’oublie pas ceux qui dans la société prennent aussi des risques pour le bien des personnes ou dont les activités sont menacées.

 

Dans vos services et avec un ardent courage, vous êtes au plus près des personnes fragilisées et de leurs proches, vous êtes nos ambassadeurs auprès d’eux. En ce temps de pandémie, la communauté catholique tient à vous exprimer sa proximité et sa reconnaissance. Par vos soins, vos compétences, vos attitudes, vos sourires, les malades sont apaisés, beaucoup sont guéris. Vis-à-vis de vous, nous sommes dans la gratitude, la confiance, la patience, l’espérance.

 

Ces semaines de tourmente inédite ont vu s’accroître le contraste entre le monde médical et le médico-social vu de l’intérieur, et l’extérieur pas toujours bien conscient des réalités vécues. Je pense notamment aux grandes épreuves de manque de temps, d’impuissance face à la souffrance, de décisions complexes à prendre et de la solitude face à ces décisions. Les moyens parfois limités ont conduit à des situations plus éprouvantes encore mais aussi à la recherche d’amélioration et d’adaptation. Sous tension bien plus que d’habitude, vous craignez pour vos proches, pour les malades, pour vous, redoutant des contaminations dans un sens ou dans l’autre, vous obligeant à réduire les gestes d’amitié et d’affection si nécessaires. Pourtant ces épreuves ne sont pas vaines. En Gironde, vous accueillez les personnes malades du département mais aussi de bien d’autres lieux. Grâce à votre travail et à votre solidarité, des vies sont sauvées !

 

Avec la société, nous, communauté catholique, manifestons notre soutien à ceux qui prennent des risques pour servir la population par les applaudissements. Nous désirons participer à notre mesure, témoignant d’un investissement parfois renouvelé. Nous le faisons dans les aumôneries, mais aussi par l’écoute, l’accompagnement de personnes diversement situées, la solidarité au niveau local, la confection de masques…

 

Et nous prions pour vous tous. Voici quelques mots de la prière que nous faisons monter vers Dieu chaque jour :

Permets-nous de veiller sur les malades les isolés, les aînés et les enfants, les endeuillés, les plus fragiles.

Donne-nous d’être créatifs pour découvrir les soins, gestes et paroles qui apaisent.

Répands ton Esprit de force sur ceux qui jour et nuit, soignent malades et mourants. Que l’humanité en soit illuminée de douce joie et d’espérance.

 

Puisse ce temps nous permettre d’accueillir autrement l’avenir. Nous en avons quelques idées :

Recherche et investissements plus conséquents dans le domaine de la santé et du médico-social, solidarité accrue, société plus juste… Car nous prenons conscience de notre vulnérabilité et de notre interdépendance.

 

En vous redisant notre reconnaissance, nos pensées amicales et notre disponibilité, recevez les fraternelles salutations des acteurs de la pastorale de la santé,

P. Bertrand Lacombe

Évêque auxiliaire de Bordeaux,

accompagnateur de la pastorale de la santé

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+