“Une église simple et belle, un lieu de rassemblement et d'accueil”

Il s’agit donc d’une église visible, repérable, ouverte sur un quartier, un édifice symbolique qui permet de sortir de l’anonymat d’une zone urbaine et d’apporter une contribution à un vivre ensemble plus fraternel.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Allocution du cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, pour la pose de la première pierre de l'église de Notre-Dame du Lac, dans le quartier Ginko à Bordeaux, le 7 octobre 2016.

Monsieur le représentant du Maire de Bordeaux,

Mesdames, Messieurs,

Chers amis,  

La pose d’une première pierre est toujours une cérémonie pleine d’espérance, puisqu’elle annonce la construction, et bientôt l’inscription dans le paysage, d’un nouveau bâtiment, en l’occurrence pour nous une église.

 

La construction d’un lieu de culte, chapelle ou église, dans un quartier nouveau ou dans une ville nouvelle, est une pratique ancienne de l’Église. Quand on lit l’histoire de la ville de Bordeaux, on constate que l’Église a toujours accompagné par des constructions nouvelles le développement urbain. Dans les années 1960-1980 par exemple, on a vu se multiplier de nombreuses chapelles dans ce qui est devenu l’aire métropolitaine de Bordeaux. La dernière église construite a été celle de Saint Jean de Belcier. Mais il faut noter que celle-ci n’était pas une implantation nouvelle mais la reconstruction d’une église qui avait brûlé en 2004. L’église, dont nous posons aujourd’hui la première pierre, est au contraire une initiative de construction prise dans un quartier nouveau, dans ce développement impressionnant de la ville de Bordeaux, qui va jusqu’au lac, d’où le nom donné à cette église : Notre Dame du Lac.

 

Cette construction poursuit un double objectif :

 

Permettre aux catholiques d’avoir un lieu pour se rassembler, pour prier et pour célébrer. L’église et une grande salle devraient leur offrir un lieu de rassemblement proche, plus proche que l’église de la Trinité du Grand Parc. Nous avons souhaité qu’il y ait aussi un logement pour que ce lieu soit habité.

 

Offrir à toute une population un lieu d’accueil, un lieu qui fait signe, un lieu où on peut répondre aux différents besoins humains, spirituels et pastoraux de cette population. Il s’agit donc d’une église visible, repérable, ouverte sur un quartier, un édifice symbolique qui permet de sortir de l’anonymat d’une zone urbaine et d’apporter une contribution à un vivre ensemble plus fraternel. Pour des croyants, une église est aussi, au cœur de notre vie sociale, le signe d’une transcendance, le signe que l’homme, dans sa relation à Dieu, comme dit Blaise Pascal, « passe infiniment l’homme ».

 

Cette église se veut simple et belle :

 

Simple : il a fallu limiter la dépense. Nous avons des contraintes financières et il nous faut encore trouver 600.000 euros pour boucler notre budget.

Belle : notre architecte nous propose un bel édifice qui ne sera pas un hangar amélioré. Cette église accueillera de très beaux vitraux, ceux conçus et réalisés par Raymond Mirande, ce grand artiste bordelais, qui représentent les éléments de la création et l’arbre de vie du livre de la Genèse.

 

Cette église a été voulue par le diocèse et par le secteur pastoral de Bordeaux-Nord. Le Père Jean-Baptiste Lagüe s’est beaucoup investi dans le projet avec une petite équipe de personnes venant de l’ensemble pastoral et de membres de l’équipe apostolique. La réflexion est passée par différentes phases : elle a progressé puis s’est ralentie. On a cru un moment qu’elle était au point mort puis elle est repartie. Qu’il me soit permis ce soir de dire un grand merci à tous ceux qui ont porté le projet, au secteur et à l’ensemble pastoral, à monsieur Benoît Dehen, notre économe diocésain, au Père Jean Rouet, notre vicaire général, à madame Émilie Lovato-Brochet et au cabinet d’architectes qui ont pensé et élaboré ce projet de construction. Mon seul souhait maintenant est que la construction commence sans tarder et que je puisse bientôt vous inviter à nouveau pour la consécration et la prochaine messe de dédicace de cette église, qui, en ce jour de la fête de Notre Dame du Rosaire, est consacrée à la Vierge Marie sous le beau vocable de Notre Dame du Lac.

 

 

+ Jean-Pierre cardinal Ricard

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+