Dimanche 15 novembre 2020 : Proposition d'une célébration liturgique domestique

Vous, frères, comme vous n’êtes pas dans les ténèbres.
Vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour.

1 Th 5, 4-5

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Retrouvez la proposition d'une célébration liturgique domestique pour ce dimanche 15 novembre 2020 (33ème dimanche du Temps ordinaire, année A) , à vivre seul ou en famille, en communion avec toute l'Église.

« Vous, frères, comme vous n’êtes pas dans les ténèbres.
Vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour »

1 Th 5, 4-5

PRÉPARATION

  • Depuis dimanche dernier, notre espace-prière a repris place dans notre maison ou notre appartement. Réservé à nos moments de prière, il symbolise la présence permanente du Seigneur au milieu de nos préoccupations… Le Seigneur nous attend, là. Toujours, Il nous espère.

    L’Évangile de ce jour vient, chez Matthieu, immédiatement à la suite de celui de dimanche dernier : par une nouvelle parabole, Jésus continue d’exposer aux disciples comment être toujours prêts à le rencontrer, lui qui, un jour, reviendra en pleine gloire.
  • Anticiper la préparation de notre célébration : les « talents » de l’Évangile sont l’argent, la monnaie courante à l’époque, tout en symbolisant les « dons » que Dieu confie à chacun pour les faire fructifier au service de tous. Prévoir comment, matériellement, visualiser ce que Dieu nous confie. Par exemple, faire préparer aux enfants des billets de papier ; ils y inscrivent une valeur fictive (10 € , ou 20 €, etc) mais surtout, pendant le partage d’évangile, chacun écrira sur un de ces billets un don du Seigneur (grâce du baptême, fidélité, générosité, service, …).

  • Ce 33ème dimanche du Temps ordinaire est la 4ème « Journée mondiale des Pauvres », instituée par le Pape François au terme du Jubilé de la Miséricorde. Dans sa Lettre apostolique Misericordia et misera (20 novembre 2016), il écrit :

    « Voici venu le temps de la miséricorde. […] À la lumière du « Jubilé des personnes socialement exclues», alors que dans toutes les cathédrales et dans les sanctuaires du monde les Portes de la Miséricorde se fermaient, j’ai eu l’intuition que, comme dernier signe concret de cette Année Sainte extraordinaire, on devait célébrer dans toute l’Église, le XXXIIIème Dimanche du Temps ordinaire, la Journée mondiale des pauvres. Ce sera la meilleure préparation pour vivre la solennité de Notre Seigneur Jésus Christ, Roi de l’Univers, qui s’est identifié aux petits et aux pauvres et qui nous jugera sur les œuvres de miséricorde (cf. Mt 25,31-46). Ce sera une journée qui aidera les communautés et chaque baptisé à réfléchir sur la manière dont la pauvreté est au cœur de l’Évangile et sur le fait que, tant que Lazare git à la porte de notre maison (cf. Lc 16,19-21), il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale. Cette Journée constituera aussi une authentique forme de nouvelle évangélisation (cf. Mt 11,5) par laquelle se renouvellera le visage de l’Église dans son action continuelle de conversion pastorale pour être témoin de la miséricorde. » (§ 21).
    (Source : Misericordia et misera)

    Pour cette année, le Saint Père a donné pour thème à cette Journée : « Tends ta main au pauvre » (Si 7, 32) La pauvreté, l’exclusion, sont toujours actuelles, sous bien des formes. Prenons le temps de faire le point sur notre manière d’y répondre, concrètement. Nous pouvons soutenir les actions du Secours catholique ou envisager un geste concret envers les pauvres proches de chez nous : parler avec une personne sans abri, lui témoigner la miséricorde, la consolation du Seigneur, etc. En donnant une parole de réconfort (« Tu es aimé de Dieu » : sur une petite carte décorée par les enfants), procurons-lui également de quoi manger, par exemple.

ENTRER EN PRIÈRE

La personne qui conduit la prière introduit la célébration :

Nous sommes heureux de nous retrouver, en présence du Seigneur. Aujourd’hui encore, il nous prépare à la fin des temps, à son retour dans la gloire. Ce dimanche il nous appelle très concrètement au partage (en faisant fructifier les dons qu’il nous confie) et à la consolation de ceux qui vivent de grandes difficultés (Journée mondiale des Pauvres). Pour cela, puisons nos forces à la Source de son amour.

Tous font le signe de la croix :

Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit.

– AMEN.

Béni soit le Seigneur qui nous appelle au vrai bonheur.

Il nous a donné l’exemple : Il s’est fait Serviteur.

Il a mis en nos cœurs sa propre capacité d’aimer,

Il nous affermit par son Esprit de paix, de lumière.

Béni soit Dieu maintenant et toujours.

Chant :

Tenons en éveil la mémoire du Seigneur C 243-1

1. Notre Dieu fait toujours ce qui est bon pour l'homme

Alleluia, bénissons-le

Il engendre le corps des enfants de sa grâce,

Alleluia, bénissons-le !

Pour lui rendre l'amour dont il aime ce monde.

R/ Tenons en éveil la mémoire du Seigneur :

Gardons au cœur le souvenir de ses merveilles

ou

Jour du Seigneur, jour du Dieu de Pâques A 32-11

1. Jour du Seigneur, jour du Dieu de Pâques :

Dieu fait de nous son Église rassemblée.

Jour du Sauveur, un grand souffle passe,

Nous célébrons Jésus Christ ressuscité.

2. Jour du Seigneur, jour de la tendresse :

Dieu nous invite au festin des pardonnés.

Jour du Sauveur, une voix nous presse,

Gloire à l’Amour qui guérit les cœurs blessés !

La personne qui conduit la prière poursuit :

Entrons dans la prière, entrons dans le silence.

Oui, le Seigneur est là, dans nos maisons.

Il est aussi chez tous ceux qui l’accueillent ce matin,

son amour fait notre communion.

Préparons nos esprits et nos cœurs à l’écoute de sa Parole.

Saint Paul nous l’assure : « Vous, frères, comme vous n’êtes pas dans les ténèbres. Vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour » (1 Th 5, 4-5).

Accorde-nous, Seigneur, de retrouver en nous

l’eau vive du salut, la lumière de notre Baptême.

Et puisque tu es Source du vrai bonheur,

convertis nos cœurs,

rends-nous dignes de chanter avec foi ta miséricorde.

Chant du Psaume 127

(alterner une voix pour le refrain / tous pour les strophes)

Refrain: Heureux qui craint le Seigneur !

Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur ! R/

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier. R/

Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie. R/

ÉCOUTER LA PAROLE

(allumer la bougie)

Acclamation : Alléluia "Louange et gloire" (U 36-94)

ou autre

 

Alleluia. Alleluia. Demeurez en moi, comme moi en vous, dit le Seigneur ; celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruit. Alleluia.

Proclamation de l’Évangile 

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 25, 14-30) :

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole :

“C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens.

À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.

Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres.De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres.. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.

Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : “Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”

Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : “Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.” Son maître lui déclara : “Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.”

Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : “Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.”. Son maître lui répliqua : “Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !”

Acclamons la Parole de Dieu.

Tous répondent :

Louange à toi, Seigneur Jésus !

Partage, échange, ou méditation (pour une personne seule) ; faire participer les enfants :

Aujourd’hui encore, Jésus parle à ses disciples de son retour à la fin des temps. Et, pour se faire bien comprendre, il a recours à une parabole, la parabole des talents. Et Jésus nous paraît bien sévère ! De quoi prendre le temps de méditer ce récit…

1/ Une parabole pour la confiance :

  • Relisons le texte si nécessaire pour bien comprendre ce qu’il dit : cette histoire est une affaire de confiance : un homme part en voyage et confie ses biens à ses serviteurs. Il leur fait confiance. C’est un peu comme lorsqu’on part en vacances et qu’on confie à des voisins les clés de la maison pour qu’ils veillent et puissent intervenir en cas de besoin…

Dans la vie, nous avons souvent besoin de faire confiance aux autres. Et d’autres nous font confiance. Faire confiance, c’est se fier à, c’est compter sur. Mais que se passe-t-il si une personne se rend indigne de cette confiance qu’on lui accorde ? Est-ce qu’il nous est déjà arrivé de voir notre confiance trompée ?

  • Dans cette parabole, le maître confie des « talents ». Ce mot a le double sens de ‘monnaie’, ‘argent’, ou alors de ‘don’, de ‘capacité à’ ou ‘aptitude à’. Ces talents, les serviteurs doivent donc en faire quelque chose ! Le maître compte sur ses serviteurs pour en faire quelque chose. Si on pense à l’argent, cela veut dire : placer cet argent pour qu’il rapporte des intérêts. Si on comprend capacité ou aptitude particulière, c’est en produire du fruit. Par exemple, si je suis habile de mes mains, si je suis bon bricoleur, je peux aider des personnes qui auraient besoin d’un petit service.

  • Remarquons bien que, dans cette histoire, le nombre de talents reçu par chacun n’a pas d’importance : Dieu aime tous les hommes, qu’ils aient ou non des richesses matérielles. Dieu regarde le cœur. Et là, le maître ne regarde que ce que chaque serviteur a fait de ce qu’il lui avait confié…

  • La fin de la parabole est un peu difficile. Bien expliquer aux enfants que le maître est un peu fâché face au serviteur qui a eu peur (avoir peur = manquer de confiance), et qui a donc négligé, caché le trésor qui lui avait été confié…

  • Ainsi, Jésus nous dit : « N’ayez pas peur ! La parole que je vous donne, portez-la à d’autres. C’est une parole de bonheur, ne la gardez pas pour vous tout seuls. ». Et Jésus compte sur nous. Sommes-nous dignes de sa confiance ?

(un bref moment de silence permet à chacun de répondre intérieurement au Seigneur)

2/ Une parabole pour la vigilance

  • L’extrait de l’Évangile entendu aujourd’hui fait suite à celui entendu dimanche dernier. Il s’agit toujours du Discours sur la fin des temps : Jésus continue ainsi à nous préparer à la venue de son Jour, et à la manière dont nous aurons à rendre compte des dons qu’Il nous a faits : la grâce du Seigneur doit porter du fruit en nos vies et pour la mission de l’Église
  • Comme dimanche dernier, nous voici appelés à la vigilance : ici elle prend la forme de « ne pas s’endormir », ne pas se contenter de ne rien faire de mal mais s’efforcer, au jour le jour, de faire le bien, de faire connaître autour de nous l’Amour qui nous fait vivre, l’Amour universel du Seigneur. Et cela, en étant chaque jour témoin de la joie de l’Évangile, en mettant au service des plus démunis ce qui nous est donné.

La lanterne, au centre de notre espace-prière, demeure le signe de notre vigilance.

Chant de méditation :

Jour du Seigneur, jour du Dieu de Pâques A 32-11

3. Jour du Seigneur, jour de la Parole :

Dieu nous révèle un chemin de liberté.

Jour du Sauveur, joie pour tous les hommes !

Dans nos maisons l’Évangile est proclamé.

RÉPONDRE À LA PAROLE

Invitation :

Notre réponse à la Parole comporte deux aspects. Chacun prend conscience des talents que le Seigneur nous confie, et ensuite, discerne ce qu’il en fait (en famille, en Église, dans toute la société).

Tour à tour, chacun s’exprime, fait ce « bilan » devant le Seigneur. On peut recueillir, dans une petite corbeille, notre offrande, ce que chacun écrit sur une petite cart, exemple :

  • (Un enfant) Jésus, je te dis merci pour mes parents, mes frères et sœurs, et pour toutes les personnes qui m’aiment. C’est un grand cadeau. Fais que je sache parler de toi à mes copains (il écrit : amour, et dépose ce petit mot dans la corbeille)

  • (Un ado) Jésus Sauveur, tu me donnes d’être en bonne santé et de pouvoir faire des études… Rends-moi plus proche de tous ceux qui n’ont pas cette chance (il écrit : amitié, ou entraide, et dépose sa petite carte dans la corbeille)

  • (Un des parents) : Sois loué, Dieu de vie, pour notre joie d’avoir des enfants et de les accompagner sur leur proche chemin de vie. Permets que la fécondité de notre amour s’épanouisse plus largement encore, que nous soyons témoins de fidélité auprès des jeunes qui s’engagent dans le mariage (mot : Alleluia !)

  • (L’autre parent) Sois loué, Dieu Créateur, pour la beauté de la nature et toutes les ressources qu’elle nous procure. Affermis nos engagements pour un meilleur partage des richesses, que nous soyons acteurs de justice et de paix (mot(s) : partage, écologie, solidarité)

  •  etc.

Demandons au Seigneur d’être de bons artisans de son Royaume en nous ouvrant à sa grâce que nous mettrons au service de nos frères. Que son Esprit d’amour comble notre désir et nous aide à rendre grâce au Père.

Temps de silence

Chant : Prenons la main que Dieu nous tend GR 42-2 (T 42-2)

Prière universelle

Entre les strophes du chant, formulons spontanément des intentions de prière. Car notre prière domestique, nous la vivons en communion avec toute l’Église et elle s’élargit aux dimensions de la charité du Christ.

1. Prenons la main que Dieu nous tend.
Voici le temps,
Le temps où Dieu fait grâce à notre terre.
Jésus est mort un jour du temps.
Voici le temps,
Le temps de rendre grâce à notre Père.
L’unique Esprit bénit ce temps.
Prenons le temps,
Le temps de vivre en grâce avec nos frères.

2. Prenons la paix qui vient de Dieu.
Voici le temps,
Le temps où Dieu fait grâce à notre terre.
Jésus est mort pour notre vie.
Voici le temps,
Le temps de rendre grâce à notre Père.
Son règne est là : le feu a pris.
Prenons le temps,
Le temps de vivre en grâce avec nos frères.

3. Prenons les mots que dit l’Amour.
Voici le temps,
Le temps où Dieu fait grâce à notre terre.
Jésus est mort, le Livre est lu.
Voici le temps,
Le temps de rendre grâce à notre Père.
Un même Esprit nous parle au cœur.
Prenons le temps,
Le temps de vivre en grâce avec nos frères.

Action de grâce :

Un enfant élève la petite corbeille portant les expressions de la manière dont nous essayons de faire fructifier les talents que nous avons reçus.

Refrain : Tout vient de toi, ô Père très bon, nous t’offrons les merveilles de ton amour (C 66)

La personne qui conduit la prière poursuit :

Riches de nos talents et sûrs de la bonté du Père, tournons-nous vers lui. Humblement, reconnaissons que nous sommes ses enfants bien-aimés et que nous vivons de sa grâce. Unis à tous les chrétiens qui, aujourd’hui, le prient, ouvrons nos mains et, avec les mots que Jésus nous a donnés, nous osons dire :

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen

La prière peut être chantée :

Ou celui de Glorious, « Messe de la grâce » :

VIVRE EN DISCIPLES

Au cours de cette semaine, que ferons-nous de nos talents ? Que ferons-nous de la joie de cette prière familiale ? Chacun, ou en famille, s’engage à un geste, une parole, un partage à vivre dans les jours qui viennent et, plus largement, à mieux ancrer dans notre existence le désir de faire porter du fruit à notre foi.

En cette Journée Mondiale des Pauvres, prévoyons un geste, une démarche concrète envers des personnes à la rue, ou par l’intermédiaire d’une Association d’entraide.

Bénédiction :

Le Seigneur fait de nous des fils du jour,

que vienne sur nous sa lumière pour guider nos pas. –AMEN.

Il réveille notre vigilance dans l’attente de sa venue,

que vienne sur nous l’Esprit de persévérance pour demeurer en attente. –AMEN.

Le Christ Serviteur nous appelle à prendre soin des plus pauvres,

que sa charité nous pousse à suivre chaque jour son exemple. –AMEN.

Et que Dieu tout-puissant nous bénisse,

le Père, le Fils, et le Saint Esprit. –AMEN.

Envoi :

Nous avons goûté à la joie de l’Évangile, demeurons fidèles dans l’amour et témoins du Seul Sauveur.

Chant final :

Jour du Seigneur, jour du Dieu de Pâques A 32-11

5. Jour du Seigneur, jour de la rencontre :
Dieu sèmera le bon grain de l’unité.
Jour du Sauveur dans le champ du monde,
Il nous envoie sur la terre à moissonner.

ou

Fais paraître ton jour HY 53 strophes 1 & 2

ou

Refrain :
Fais paraître ton Jour, et le temps de ta grâce,
Fais paraître ton Jour : que l'homme soit sauvé !


1. Par la croix du Fils de Dieu,
Signe levé qui rassemble les nations,
Par le corps de Jésus Christ dans nos prisons,
Innocent et torturé,
Sur les terres désolées, terres d´exil,
Sans printemps, sans amandier.


2. Par la croix du Bien-Aimé,
Fleuve de paix où s´abreuve toute vie,
Par le corps de Jésus Christ, hurlant nos peurs
Dans la nuit des hôpitaux,
Sur le monde que tu fis, pour qu'il soit beau,
Et nous parle de ton nom.

Prière de l’Angelus

V. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie
R/ Et elle conçut du Saint-Esprit.

Je vous salue Marie, pleine de grâce,
Le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes,
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant, et à l'heure de notre mort.

V. Voici la Servante du Seigneur
R/ Qu’il me soit fait selon votre parole.

Je vous salue Marie...

V. Et le Verbe s’est fait chair
R/ Et il a habité parmi nous.

Je vous salue Marie...

V. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
R/ Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.

Prions :
Que ta grâce, Seigneur, se répande en nos cœurs. Par le message de l'ange, tu nous as fait connaître l'Incarnation de ton Fils bien aimé, conduis-nous, par sa passion et par sa croix jusqu'à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur.

R/ Amen.

Source de l'image principale : La parabole des talents, 1652 - Rembrandt (Musée du Louvre, Paris)

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+