Un appel à faire vivre la fraternité !

La fraternité est à réveiller à la fois au sein de l’Eglise, mais aussi dans la société française, car il s’agit sûrement de la notion la moins abordée et la moins vécue de notre devise républicaine.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Après la gratuité et la liberté, les chrétiens des secteurs d’Artigues, Bouliac et Créon se mobilisent pour une semaine de mission portant sur le thème de la fraternité. Du 2 au 8 juin, ils invitent paroissiens et citoyens à nouer des relations fraternelles.

Étienne Lamblin, membre de l’Equipe apostolique des secteurs ABC (Artigues, Bouliac, Créon).

Pourquoi organiser une semaine de Mission à l’échelle de ces trois secteurs ?

La particularité de nos trois secteurs est qu’ils vivent depuis quelques années de nombreuses choses en commun et une certaine mutualisation des moyens. L’organisation de cette semaine de mission s’inscrit dans ce rapprochement. Nous en sommes à la troisième édition, les deux premières ayant eu lieu en 2015 à Quinsac (secteur de Bouliac), et en 2017 à Tresses (secteur d’Artigues). Cette année, ce sera à Créon.

« Printemps de la gratuité » en 2015, « Chemins de liberté » en 2017… Comment avez vous choisi ces thématiques ?

Cela est né d’une intuition communautaire des chrétiens de ces territoires qui souhaitaient montrer ce que vivait l’Eglise en donnant un signe d’ouverture... Le synode diocésain est alors venu réaffirmer le caractère missionnaire de notre Église en Gironde. Cela a confirmé notre volonté de poursuivre cette expérimentation. Nous l’avons d’ailleurs renommée “ Semaine de la fraternité ” car elle doit être à la fois un temps d’engagement des chrétiens à aller vers les autres, mais aussi une invitation adressée à tous nos contemporains, à la société civile, à travers un programme varié.

Ce thème de la fraternité est lié directement au synode. Nous étions déjà assez sensibles aux expériences des équipes fraternelles de proximité et autres communautés de base… Lorsque les délégués synodaux ont mis l’accent sur la création de fraternités chrétiennes, nous avons mis ce thème au coeur de notre réflexion. La fraternité est à réveiller à la fois au sein de l’Eglise, mais aussi dans la société française, car il s’agit sûrement de la notion la moins abordée et la moins vécue de notre devise républicaine.

« Ose la fraternité », à qui s’adresse cette invitation ?

À tout le monde ! C’est d’abord clairement un appel d’une personne à une autre. Certains peuvent y voir l’appel de Dieu aux chrétiens, comme une démarche de conversion pour chacun d’entre nous. Cela peut aussi être les chrétiens qui s’interpellent mutuellement… Nous nous connaissons parfois mal et nous n’entretenons pas toujours des relations au top de la fraternité… C’est enfin un appel de l’Église vers l’extérieur et aux non-chrétiens, comme une invitation à relever ce défi ensemble.

Quel est le programme ?

Le programme se veut ouvert aux chrétiens et aux non-chrétiens. Nous n’avançons pas masqués, en affichant le logo de l’Eglise catholique en Gironde, en proposant des veillées, des célébrations, ou des temps de prière… Mais nous avons aussi prévu des temps ouverts à tous et susceptibles de nous rassembler avec des non-chrétiens. Il y aura ainsi un rallye touristique, une conférence-débat autour de la fraternité dans l’Eglise et dans la République, qui fera dialoguer Jean-Marie Darmian, vice-président du Conseil départemental et Flavie Lévêque, de l’Institut Pey Berland. Cela nous aidera à poursuivre la réflexion débutée avec Mgr Jean-Marie Le Vert, qui lors de sa visite durant le temps de Carême, avait donné une conférence sur cette question de la fraternité.

Il y aura un ciné-débat, au cinéma Max Linder de Créon, autour du film La Prière, de Cédric Kahn. Ce film aborde la question des addictions chez les jeunes et du soutien fraternel, à travers l’histoire d’un jeune toxicomane qui rejoint une communauté d’anciens drogués qui se soignent par une vie de travail et de prière.

Il y aura aussi un grand banquet, que nous avons appelé “Table ouverte fraternelle” qui aura lieu sur la place publique, devant la Mairie de Créon. Le Secours catholique mobilisera pour l’occasion tout son réseau et nous espérons revivre l’expérience menée au moment de Missio 2018, lors de la promulgation des Actes synodaux, à la cathédrale Saint André.

Le mercredi après-midi, nous aurons un temps récréatif et familial pour les jeunes de 6 à 10 ans. Suivi le soir par un “Apéro des copains” auquel participeront plusieurs vignerons du secteur. Le jeudi soir, nous avons confié aux EDC (entrepreneurs et dirigeants chrétiens) l’organisation d’une veillée sur le thème de “la fraternité au travail”. Enfin, le vendredi soir, nous aurons une grande marche nocturne pour les jeunes des aumôneries, qui finira autour d’un feu de camp et d’une soirée festive.

Qu’apporte l’organisation de ces temps forts à vos communautés ?

Ces expériences ont suscité l’émergence de chrétiens qui se mobilisent au sein de leur communauté pour éveiller l’intérêt d’autres paroissiens… L’organisation repose à chaque fois sur un petit groupe moteur, qui va entraîner le reste des fidèles. Nous avons aussi fait l’expérience intéressante de devoir dialoguer avec les maires des différentes communes concernées, et nous avons trouvé à chaque fois un accueil chaleureux et ouvert. Ce thème de la fraternité aide vraiment à tisser des liens et des relations bienveillantes.

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+