Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié 2022. Que retenir du Message du pape François ?

Lorem ipsum dolor sit amet
À l'occasion de la 108ème Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié, Michel Barrabès, délégué adjoint à la Pastorale des Migrants propose une réflexion sur le message du pape François.

Le Pape nous place d’emblée dans la perspective de la construction du Royaume de Dieu. Ce Royaume, n’est pas encore achevé, mais il germe chez ceux qui ont accueilli le salut.  
Cette « cité aux fondements solides, dont l’architecte et le bâtisseur est Dieu lui-même (He 11,10) » demande de notre part une conversion personnelle pour construire un avenir qui corresponde davantage au projet de Dieu : un monde où tous puissent vivre en paix et avec dignité. 

« Nous attendons avec impatience un nouveau ciel et une terre nouvelle où résidera la justice (2P 3, 13) » Pour que cette merveilleuse harmonie règne, il faut accueillir l’Évangile d’amour du Christ afin que les inégalités et les discriminations du monde soient éliminées.  

Personne ne doit être exclu.  En particulier les personnes en situation de pauvreté, dont beaucoup sont migrants, réfugiés, déplacés, ou victimes de la traite. La construction du Royaume de Dieu se fait avec eux, car sans eux, ce ne serait pas le Royaume que Dieu veut. (Mt 25, 34-36) 

La vision prophétique d’Isaïe (Is 60) nous aide à appréhender les étrangers non pas comme des envahisseurs ou des destructeurs, mais comme des ouvriers volontaires qui viennent construire les murs de la Nouvelle Jérusalem.  

Isaïe présente même l’arrivée d’étrangers comme source d’enrichissement. Dans les années passées, la contribution des étrangers et des réfugiés a été fondamentale pour la croissance sociale et économique de nos sociétés. C’est encore le cas aujourd’hui. Leur volonté de s’intégrer par le travail, et leurs compétences pourraient être bien plus importantes si elles étaient valorisées et soutenues. Il y a là un potentiel énorme.  

Cela suppose de prendre des temps de connaissance mutuelle, de dialogue, de partage d’amitié.  
Les migrants et réfugiés qui arrivent chez nous ont subi des violences de tout ordre, soit dans leur pays d’origine, soit le long du trajet. Ils ont besoin de se reconstruire par une écoute bienveillante, avant de pouvoir prendre pied dans notre pays.  

Isaïe prophétise encore : « On tiendra toujours tes portes ouvertes (…) afin qu’on fasse entrer chez toi les richesses des nations. » Grâce aux migrants et réfugiés, nous avons une opportunité de croissance culturelle et spirituelle. Nous avons la possibilité de mieux connaitre le monde et la beauté de sa diversité. Nous découvrons aussi la richesse contenue dans des religions et des spiritualités qui nous sont inconnues ; cela nous pousse à approfondir nos propres convictions.  

L’arrivée de migrants et de réfugiés catholiques est une chance pour notre Église. Elle offre une nouvelle énergie à la vie ecclésiale des communautés qui les accueillent. D’abord, en mobilisant des énergies pour les accueillir, accompagner et tisser des liens. Ensuite en accueillant des expressions de la foi dynamiques, revitalisantes ; en vivant en communauté des célébrations vibrantes, avec différentes expressions de foi et de dévotion. C’est une occasion privilégiée de vivre la catholicité du peuple de Dieu. 

Nous tous, les jeunes en particulier, si nous voulons coopérer avec notre Père céleste pour construire l’avenir, faisons-le ensemble avec nos frères migrants et réfugiés, dès aujourd’hui. Car l’avenir commence aujourd’hui.  
À nous de prendre aujourd’hui les bonnes décisions pour que le projet de Dieu d’un Royaume de justice, de fraternité et de paix arrive.  

Michel Barrabès
Délégué adjoint à la Pastorale des Migrants 

Sans titre (9).png