"Nous ne sommes pas en guerre"

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Retrouvez le message du P. Jacques Faucher, délégué diocésain à la Pastorale de la Santé, diffusé sur l'antenne de RCF Bordeaux ce mardi 14 avril 2020.

Nous ne sommes pas en guerre !

Nous ne sommes pas en guerre avec les européens, les américains ou les asiatiques !

Nous ne sommes pas en guerre civile entre français de l’Est, de l’Ile de France ou de l’Outre-Mer !

Le virus ne nous fait pas la guerre, il fait son chemin de virus, se multiplie au risque de tuer son hôte, et il faut vite qu’il en cherche un autre pour continuer à vivre et se multiplier. Sur son chemin multiforme, le plus souvent invisible, de virus, nos manières habituelles de réagir sont mises à mal car elles révèlent nos œillères, nos myopies et nos surdités, mais aussi nos ressources, nos solidarités, nos capacités de voir et d’écouter, de changer, de nous convertir !

Nous sommes empêtrés dans nos conformismes de “voir, savoir, pouvoir, avoir, croire”. Nos réactions personnelles, collectives, institutionnelles, apparaissent au grand jour avec leurs prétentions et leurs dérisions. Nous sourions ou souffrons des autres et de nous-mêmes.

Si de mobilisation générale il s’agit, ce n’est pas contre des humains qui en voudraient à nos vies, à nos biens, mais contre nos égoïsmes, nos certitudes, nos conformismes ! Notre République a de belles promesses au frontispice de nos mairies : Liberté, Egalité, Fraternité !

Liberté chèrement gagnée au long des siècles de guerres et de luttes sociales. Liberté qu’il nous faut revisiter pour mieux associer autonomie et responsabilité de chacun pour le bien commun.

Égalité qui a souvent pris son parti de l’oubli et même du mépris pour toutes ces professions du plus quotidien de nos vies, personnes si mal considérées et si mal payées.

Fraternité dont le synonyme est solidarité dans le sens revisité aujourd’hui par l’éthique du care, nom anglais évoquant le caritatif, la charité, non pas pour nous donner bonne conscience, mais pour venir secouer nos consciences en nous faisant découvrir une autre manière de vivre ensemble. Cette fraternité ne vise pas d’abord la performance des premiers ou des derniers de cordée, mais nous invite à entendre les oubliés de la cordée qui permettent à chacun de mener l’aventure de sa vie dans l’alliance de ce qu’il y a de bien-portant et de plus-petit, de solide et d’incertain en chacune de nos organisations, en chacun de nos corps.

Jacques FAUCHER,

RCF : 14 avril 2020

Délégué Diocésain au Monde de la Santé

Espace Bioéthique Aquitain

Photo : Cédric Lafont - CC BY-SA Wikicommons

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+