Dimanche de la santé 2022 "Heureux !"

Ne laissez jamais quelqu’un venir à vous sans qu’il ne reparte meilleur et plus heureux ! »

À l'occasion du dimanche de la santé qui aura lieu le dimanche 13 février, Florence Galy responsable de la Pastorale de la santé du diocèse de Bordeaux, nous présente le thème choisi : "Heureux !".

En 2022, le thème proposé par le Service national de la pastorale de la Santé pour le dimanche de la santé est « Heureux ! ». N'est-ce pas un peu provocateur dans le contexte actuel ?

Ce thème « Heureux ! » peut en effet paraître difficile pour les membres de la pastorale de la santé car ils se sentent bien souvent démunis devant la détresse qu’ils côtoient dans leur mission. Il peut sembler également choquant pour ceux qui souffrent, pour les personnes malades et leurs proches voire scandaleux pour le personnel soignant, confronté à un manque criant de moyen et de reconnaissance.

Et pourtant, l’injonction la plus répétée dans la Bible, c’est : « soyez heureux ». Plus que toute autre chose, Dieu nous appelle de différentes manières à louer le Seigneur, à ne pas craindre, à se réjouir et à rendre grâces, ce qui, pour finir, revient à nous inciter à être heureux. 

Cela ne signifie pas pour autant que l’injonction la plus répétée est forcément la plus importante. Jésus nous dit que le commandement le plus important est d’aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit et de toute notre force, et d’aimer notre prochain comme nous-même (Mc 12,29-31). Si nous y faisons attention, nous reconnaitrons que les injonctions les plus répétés sont pourtant celles qui nous donnent les moyens d’obéir au commandement le plus important. 

Être heureux aide-t-il à se rendre plus proche de ceux qui souffrent ?

Oui, je le crois. Être heureux me permet d’aimer celui que je rencontre, d’entendre le cri de souffrance de celui qui appelle. Le moyen d’aimer Dieu et son prochain c’est avant tout de choisir d’être heureux.

Des professeurs américains rendirent visite à Mère Teresa et lui demandèrent : « Dites-nous quelque chose qui nous aidera pour la vie ! » Elle répondit : « Souriez-vous les uns aux autres ! Ne laissez jamais quelqu’un venir à vous sans qu’il ne reparte meilleur et plus heureux ! »

Difficile pour les membres de la pastorale de la santé ? On ne peut donner que ce qui déborde du cœur ! Un visiteur de malade triste rend triste. En revanche quelqu’un de rayonnant apporte par sa seule présence de la joie et du réconfort.

Choquant pour les souffrants et leurs proches ? L’Évangile ouvre une brèche de lumière dans le ciel chargé de souffrance. Étonnement peuvent coexister dans le cœur d’une personne la souffrance et la paix qui repose sur une parole d’espérance qui ne déçoit pas.

Scandaleux pour le personnel soignant ? Ce thème invite au recueillement, au ressourcement intérieur, au réveil de ce qui les a poussés à donner leur vie, leur temps, leur travail et leur force au service des personnes malades et handicapées.

Qu'attendez-vous de cette journée du 13 février ?

J'attends plusieurs choses de cette journée. Tout d'abord, celle d'éveiller de nouvelles vocations car nous avons besoin de personnes qui acceptent d’investir de leur cœur et de leur temps dans cette mission d’Église. J'aimerais également que si des personnes isolées, malades nous entendent, qu’elles sachent qu’elles sont au cœur de nos priorités et qu’elles se fassent connaitre dans leur paroisse ou à l’aumônerie de chaque hôpital. Enfin, je souhaite que nous puissions mobiliser les soignants pour leur offrir des lieux de soutien fraternel, d’échange et de réflexion.