No image

Passage du « bus plaidoyer » du Secours Catholique

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Le Bus sera présent à Bordeaux les 19 et 20 avril de 10h à 17h le 19 avril sur la placette de Munich (sur les quais face aux Quinconces). 10h : Rendez-vous autour d’un café, avec entre autres des élus, pour les interpeller sur les préjugés comme sur la place et la contribution de chacun dans notre société. Témoignages aussi de victimes de ces préjugés. 15h : Débat pour échanger avec les acteurs du monde associatif et pour vivre un temps de dialogue avec chacun, de partage sur notre perception de la pauvreté et sur nos engagements. Ces rendez-vous à ne pas manquer seront accompagnés d’une exposition sur les préjugés et bien d’autres animations (quizz, vidéomaton…). Et, le 20 avril 2017 de 10h à 17h à l’IRTS de Talence (9 Rue François Rabelais), le bus du Secours Catholique participe au « Village Interpellatif » contre le mal logement (du 18 au 20 avril) avec la Fondation Abbé Pierre, Médecins du Monde et le RADSI. Le 9 mars 2017, le Secours Catholique-Caritas France a entrepris, pour près de deux mois, un véritable tour de France pour aller à la rencontre des citoyens et réfléchir ensemble sur un projet de société commun pour les années à venir. Qui croit encore que les de munis ont la belle vie ? C’est autour de cette interrogation que le Secours Catholique-Caritas France mène une campagne, sur le terrain avec deux buts et sur les réseaux sociaux (de couvrez aussi son application « la chasse aux préjugés » qui fonctionne sur un principe similaire a celui du Jeu pokemon Go !). L’objectif est de démonter avec humour (mais avec des réponses sérieuses) les préjugés dont sont victimes les personnes vivant des situations de précarité. A l’intérieur des bus parcourant la France, chacun pourra répondre a un questionnaire et découvrir une exposition comprenant chiffre-clés et témoignages qui battent en brèche nombre d’idées reçues qui circulent aujourd’hui sur les plus fragiles.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

  • Passage du « bus plaidoyer » du Secours Catholique
  • 2017-04-19T00:00:00+02:00
  • 2017-04-20T23:59:59+02:00
  • Le Bus sera présent à Bordeaux les 19 et 20 avril de 10h à 17h le 19 avril sur la placette de Munich (sur les quais face aux Quinconces). 10h : Rendez-vous autour d’un café, avec entre autres des élus, pour les interpeller sur les préjugés comme sur la place et la contribution de chacun dans notre société. Témoignages aussi de victimes de ces préjugés. 15h : Débat pour échanger avec les acteurs du monde associatif et pour vivre un temps de dialogue avec chacun, de partage sur notre perception de la pauvreté et sur nos engagements. Ces rendez-vous à ne pas manquer seront accompagnés d’une exposition sur les préjugés et bien d’autres animations (quizz, vidéomaton…). Et, le 20 avril 2017 de 10h à 17h à l’IRTS de Talence (9 Rue François Rabelais), le bus du Secours Catholique participe au « Village Interpellatif » contre le mal logement (du 18 au 20 avril) avec la Fondation Abbé Pierre, Médecins du Monde et le RADSI. Le 9 mars 2017, le Secours Catholique-Caritas France a entrepris, pour près de deux mois, un véritable tour de France pour aller à la rencontre des citoyens et réfléchir ensemble sur un projet de société commun pour les années à venir. Qui croit encore que les de munis ont la belle vie ? C’est autour de cette interrogation que le Secours Catholique-Caritas France mène une campagne, sur le terrain avec deux buts et sur les réseaux sociaux (de couvrez aussi son application « la chasse aux préjugés » qui fonctionne sur un principe similaire a celui du Jeu pokemon Go !). L’objectif est de démonter avec humour (mais avec des réponses sérieuses) les préjugés dont sont victimes les personnes vivant des situations de précarité. A l’intérieur des bus parcourant la France, chacun pourra répondre a un questionnaire et découvrir une exposition comprenant chiffre-clés et témoignages qui battent en brèche nombre d’idées reçues qui circulent aujourd’hui sur les plus fragiles.