No image

Exposition d’art sacré « Vers le cœur » à l'église de Talence

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

La paroisse de Talence propose du 20 mars au 20 novembre, dans l’église Notre-Dame, une exposition d’art sacré « Vers le cœur ».

En cette année du Jubilé de la Miséricorde, elle propose aux visiteurs plusieurs œuvres contemporaines d’artistes talençais et des reproductions de mosaïques d’après l’oeuvre de Marko Rupnik. Devant la souffrance des hommes, regardons Jésus. Il nous conduit vers le cœur, le nôtre et celui de nos frères en humanité. Ses gestes et ses paroles nous touchent et nous montrent le chemin pour rejoindre les nombreux blessés de notre société aujourd’hui.
Talence, le 5 mars 2016. L’exposition Vers le cœur, proposée par la paroisse de Talence, se tient du 20 mars au 20 novembre dans l’Eglise Notre-Dame. Dès le parvis de l’église, la souffrance de l’humanité nous surprend à travers la sculpture monumentale réalisée par Zazé, sculpteur talençaise. Laissons-nous saisir par ces silhouettes décharnées, aux couleurs de l’olympisme symbolisant les cinq continents. Regardons les monter vers le ciel, telles des cris muets : comment agir devant la souffrance des hommes ? Comment peut-on ne pas être révoltés devant ce qu’en-durent nos contemporains ? Et ce ne sont pas les événements récents, faits de violence à l’état pur, qui peuvent nous rassurer … Qui nous consolera ?
A l’intérieur de l’église, des reproductions de mosaïques, d’après l’oeuvre de Marko Rupnik, nous montrent, à tra-vers des scènes de l’Evangile, comment Jésus, au cours de sa vie, a su, par ses gestes, par ses attitudes, par ses paroles, répondre aux souffrances qui se présentaient à lui. Pour chaque mosaïque, une parole du Pape François nous interpelle : et nous aujourd’hui, comment pouvons-nous répondre aux souffrances de nos contemporains ? Croyant ou non, les gestes, les attitudes, les paroles de Jésus peuvent-ils être des exemples ? Au-delà de cette première approche, chacun est aussi invité à se reconnaître « souffrant » : Dieu peut-il aujourd’hui répondre à notre souffrance ?
L’exposition se termine par le décor de la crèche réalisé à l’occasion des fêtes de Noël 2015 par un collectif rassemblant Stéphanie Leleu et Marie-Anne Gorse, deux artistes talençaises, et Rachel Claverotte, responsable de l’an-nonce de la foi aux enfants de 3 à 7 ans. Ce décor symbolise Dieu qui vient aujourd’hui, par la naissance de son fils Jésus, habiter notre monde comme ce dernier a habité la Palestine il y a deux mille ans. Au cœur de nos sociétés, avec leurs actes de fraternité, de partage, de solidarité, mais aussi leurs guerres, leurs actes de terrorisme, leurs catastrophes naturelles, Dieu est présent aujourd’hui comme hier. Comment, croyant ou non-croyant, pouvons-nous transmettre aux hommes d’aujourd’hui, dans leurs souffrances, leurs blessures, leur violence, sa paix, son pardon, son amour, en un mot sa miséricorde ?
Une exposition qui peut donc être visitée à plusieurs niveaux : au-delà de la présentation d’œuvres d’art sacré contemporain, l’exposition invite chacun à interroger sa réponse aux souffrances de notre monde; pour les croyants, elle est l’occasion de retrouver les attitudes de Dieu face à cette souffrance; pour les chrétiens enfin, les gestes et paroles de Jésus invitent à entrer dans une démarche d’appropriation de la miséricorde de Dieu, en devenant « Miséricordieux comme le Père ». Cette formule est d’ailleurs le thème de l’Année Sainte de la Miséricorde, année au cours de laquelle chacun est invité à découvrir ou redécouvrir l’amour inconditionnel que Dieu porte à tout homme. Notons que l’église Notre-Dame de Talence est par ailleurs un des six lieux du diocèse de Bordeaux dans lesquels chacun est invité à passer une « porte sainte ».

LES ARTISTES
Zazé est une artiste talençaise. Née en 1939 dans les Landes, elle ne vient que tardivement à l’art, même si ses premiers dessins datent de sa prime enfance. C’est en suivant, en Allemagne, un stage d’initiation au verre soufflé, qu’elle prend conscience de son goût et de son talent pour la sculpture. A partir de 1987, elle suit un cours de sculpture, puis de peinture aux Beaux-Arts de Bordeaux et monte, en 1996, un atelier de modelage, sculpture, taille de pierre, travail du bois et peinture, atelier ouvert aux enfants et aux adultes. Parallèlement, elle entame une production personnelle et a présenté ses œuvres à travers plusieurs expositions dont l’une s’est tenue à New-York en 2004. Plus récemment, ont eu lieu trois expositions : « Le labyrinthe de la mé-moire » à Bègles en décembre 2009 et janvier 2010, puis une au Musée Georges de Sonneville à Gradignan en 2013 et la dernière en 2015, dans le parc du Château Beychevelle.

Marko Ivan Rupnik est né en Slovénie, à Zalog, en 1954. Jésuite, il a été ordonné prêtre en 1985. Il a obtenu en 2001 un doctorat sur la signification théologique et missionnaire de l’art. Il travaille depuis à Rome au centre d’études et de recherches Ezio Aletti, dont il est le directeur. Artiste, ses mosaïques allient avec succès tradition et modernité, redonnant à l’art moderne ses lettres de noblesse au service de la liturgie. Elles sont caractérisées par une fidélité à la tradition iconographique, une recherche sur l’interprétation des textes bibliques, un sens de la couleur, une utilisation originale de la matière, des mouvements originaux des décors et des personnages. Marko Rupnik et son atelier ont décoré de nombreuses églises dans de nombreux pays, et notamment la façade de la basilique du Rosaire à Lourdes.

Le collectif qui a réalisé le décor de la crèche est constitué de deux artistes talençaises, Marie-Anne Gorse et Stéphanie Leleu. Née en 47 dans le Gers, Marie-Anne Gorse est titulaire d’un diplôme national des Beaux-arts section peinture de Bordeaux. Elle a notamment réalisé en 1976 un nuancier pour le C.A.U.E. des Pyrénées Atlantiques et, avant 1979, ses peintures de foulards et paysages sur soie étaient disponibles à la boutique "L'Embellie". Elle a participé à plusieurs expositions, et a reçu en 1980 le 2e prix à la Galerie Tatry. Stéphanie Leleu est née en région parisienne en 1966 et est diplômée de l'école supérieure d'arts appliqués à l'architecture Duperré, de Paris. Elle est actuellement dessinatrice et ses activités de peinture, outre sa propre production, l’amènent à collaborer régulièrement avec des enseignants pour la réalisation de tableaux ou de décors de théâtre. Pour ce décor, Marie-Anne et Stéphanie ont travaillé en collaboration avec Rachel Claverotte, qui assure sur la paroisse de Talence, l’accueil des enfants de 3 à 7 ans. Elle a apporté au projet sa connaissance biblique et ses compétences dans la transposition des notions de la foi aux plus jeunes.


LE PARCOURS - AU-DELÀ DE L’EXPOSITION
Dès le parvis de l’église, la souffrance de l’humanité nous surprend. Laissons-nous saisir par ces silhouettes décharnées, aux couleurs de l’olympisme symbolisant les cinq continents. Regardons les monter vers le ciel, telles des cris muets : que fait Dieu devant la souffrance des hommes ? Comment peut-on ne pas être révoltés devant ce qu’endurent nos contemporains ? Et ce ne sont pas les événements récents, faits de violence à l’état pur, qui peuvent nous rassurer … Qui nous consolera ?
A l’intérieur de l’église, les mosaïques nous montrent, à travers des scènes de l’Evangile, comment Jésus, au cours de sa vie, a su, par ses gestes, par ses attitudes, par ses paroles, répondre aux souffrances qui se présentaient à lui. Pour chaque mosaïque, une parole du Pape François nous interpelle : et nous aujourd’hui, comment pouvons-nous répondre aux souffrances de nos contemporains ? Croyant ou non, les gestes, les attitudes, les paroles de Jésus peuvent-ils être des exemples ? Au-delà de cette première approche, chacun est aussi invité à se reconnaître « souffrant » : Jésus peut-il aujourd’hui répondre à cette souffrance ?
L’exposition se termine devant la crèche paroissiale dont le décor a été réalisé à l’occasion des dernières fêtes de Noël. Nichée au cœur d’un quartier actuel, cette crèche symbolise la présence de Dieu, aujourd’hui comme hier, au cœur de notre société.
L’église Notre-Dame de Talence présente, de façon permanente, plusieurs autres œuvres contemporaines

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+