“ Les enfants doivent repartir remplis d’enthousiasme et de joie. ”

Notre volonté est de créer des liens forts entre les enfants. Nous voulons leur faire vivre une expérience de fraternité. 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Arrivé sur la paroisse d’Ambarès avec son épouse en 2005, Jean-Louis Bauzier s’est petit à petit impliqué dans les activités pastorales. Partie prenante du lancement d’un nouveau patronage il y a 3 années, il revient sur cette expérience qui permet de réunir des enfants et parents venus de divers horizons.

Que signifie le terme « patronage » ?

Jean-Louis Bauzier : Le patronage, c’est d’abord un lieu ; ici, c’est la salle paroissiale d’Ambarès, avec l’église et le joli parc attenant. C’est aussi un cadre : une association qui propose aux parents d’accueillir les enfants hors temps scolaire, de manière structurée. Ce sont enfin des activités. Nous avons recruté des bénévoles ayant des talents variés pour proposer des ateliers maquette, jardinage, cuisine, etc. Autour de ces activités, nous avons mis en place un règlement intérieur et une vraie ouverture des portes aux parents, pour leurs donner à voir ce qui se vit ici et les impliquer progressivement.

Qu’elle est l’objectif de ce patronage ?

Nous ne sommes pas le catéchisme. Celui-ci a lieu après le patronage et ne concerne pas forcément le même public. Nous ne sommes pas non plus en concurrence avec les mouvements scouts, déjà présents autour de nous. Notre volonté est de créer des liens forts entre les enfants. Nous voulons leur faire vivre une expérience de fraternité. Nous avons aussi des temps forts pour réunir parents et enfants, en organisant par exemple quelques journées de marche sur les chemins de Saint-Jacques ou un tournoi de sport. L’autre effet est parfois de dissiper des peurs ou des réticences des parents envers l’Église. Par ailleurs, si un enfant pose une question concernant la foi ou Jésus, nous avons la possibilité de l’orienter vers le prêtre présent au patronage. Les activités ayant lieu à proximité de l’église, cela peut permettre un cheminement de certains enfants auquel nous répondons alors, mais ce n’est pas notre mission première.

Nous avons souhaité avoir toujours un des prêtres de la paroisse à nos côtés. Cela leur demande du temps et de l’énergie, mais ils se relaient pour être présents aux côtés des animateurs. Cette pastorale de proximité compte beaucoup pour permettre aux gens de cheminer à leur rythme. Ce sont aussi des valeurs éducatives, avec un apprentissage des règles de vie en groupe, l’écoute du prochain, de l’entre-aide. C’est exigeant mais il y a de la joie ! Pour certains, les temps de loisirs au patronage sont les seules vacances qu’ils auront. Les enfants doivent repartir, tout comme les animateurs, remplis d’enthousiasme et de joie.

Combien d’enfants accueillez-vous aujourd’hui ?

Le mercredi nous avons une quarantaine d’enfants, scolarisés en primaire, et le samedi une cinquantaine de collégiens nous rejoignent. Nous avons d’abord commencé par communiquer au sein de la paroisse, puis nous nous sommes risqués à diffuser l’information aux portes des écoles publiques et privées des villes voisines. Nous avons maintenant des enfants qui viennent grâce au bouche-à-oreille : camarades ou parents qui discutent entre eux et font découvrir à d’autres cette proposition.

Que vous apporte cette expérience ?

De la joie ! En tant que coordinateur, j’ai un contact privilégié avec les parents. J’ai vraiment constaté un déplacement et une évolution dans l’attitude de certains d’entre eux.

Quelques- uns venaient parce que l’enfant y avait un copain, mais restaient méfiants en voyant le clocher voisin… Aujourd’hui eux-même y ont trouvé une certaine joie et nous la rendent en s’impliquant dans le patronage.

Cette fraternité n’est donc pas vécue uniquement par les enfants ?

Non, elle va bien au-delà. Par exemple, plusieurs parents se sont engagés progressivement dans l’organisation du camp d’été. Nous avons aussi deux jeunes jumelles, aujourd’hui étudiantes, qui après avoir passé 4 ans au patronage reviennent comme animatrices pour encadrer les plus petits.

 

 

 

Photo : Secteur pastoral d'Ambarès - Tout droit réservé ©

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Rejoindre le patronage
Jeanne de Lestonnac :
Une simple adhésion à l’association « Patronage Jeanne de Lestonac » est demandée (5 euros à l’année).

Camp d’été 2018 :
du 8 au 15 juillet, dans les Pyrénées, pour les enfants de 8 à 11 ans.
Tarif : 280 euros (bons CAF et chèques vacances acceptés). 
Réunion d’information le mardi 20 mars à 19h à Ambarès.

Plus d’infos  :
www.patrojdl.com
05 56 38 39 48