XXème siècle et troisième millénaire

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Développement de l'Action Catholique, réception du Concile Vatican II et nouvelle évangélisation, l'Église catholique en Gironde est toujours dynamique et en mouvement.

De 1909 à 1935, le Cardinal Andrieu dirige le diocèse avec fermeté et rigueur pour le mettre à l'abri du modernisme . Il fait preuve de résistance face au Gouvernement, ce qui ne l'empêchera pas d'avoir une attitude patriotique en 1914 .
La période qui suit est marquée par les deux guerres .

Monseigneur Feltin (1936-1949) publie, en 1945, une très importante lettre pastorale sur l'Action Catholique et les Oeuvres diocésaines .

En 1950, Monseigneur Richaud est nommé au siège de Bordeaux . La première partie de son épiscopat aboutit au Synode diocésain en 1957, réunion de prêtres qui dure deux jours et dont les décrets ne changeront pas grand chose aux réalités diocésaines . Il est nommé Cardinal en 1958. Il ne cesse de rappeller les grandes lignes de l'Enseignement Social de l'Eglise. Il développe aussi l'Action Catholique, et suit avec intérêt l'évolution de l'Université de Bordeaux. Le Cardinal Richaud a conduit le diocèse pendant la période du Concile Vatican II.

A sa mort, Monseigneur Maziers, coadjuteur, devient Archevêque de Bordeaux (1968-1989). Précédé d'une réputation "ouvriériste" , il poursuit la transformation du diocèse : les zones pastorales sont réduites à 4 et les doyennés à 26 . Il développe le rôle de l'ACI . Son action s'inscrit dans la suite du Concile, dont il fut un des Pères Conciliaires, et il publie les orientations pour le diocèse " Sous le souffle de l'Esprit". Il est une des têtes de l'Episcopat français .

Monseigneur Pierre Eyt lui succède en 1989 . Il est un esprit libre au service de l'Eglise. S'appuyant sur un des textes majeurs du Concile " Gaudium et Spes", il entend marquer son ministère du signe d'une Eglise vivant dans le monde de ce temps. Il revendique la mission des laïcs dans l'Eglise et dans le monde. Il convoque un Synode diocésain (1990-1995) qui mettra en chantiers de réflexion plus de 10 000 personnes. En 1996, des orientations Pastorales majeures sont dégagées : attention toute particulière aux jeunes, regroupement des paroisses en Secteurs Pastoraux, création d'un Conseil Pastoral Diocésain composé de prêtres, de religieuses et de laïcs, et d'un Conseil Pastoral diocésain de la Solidarité. Il reçoit la barette de Cardinal en Novembre 1994. Malheureusement, frappé par la maladie, il décède le 11 Juin 2001 .

Le troisème millénaire

Son successeur, Monseigneur Jean-Pierre Ricard, est nommé Archevêque de Bordeaux le 21 décembre 2001. Il est intronisé, le 17 février 2002, dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux, entouré d'une foule de plus de 4000 personnes . Au cours de cette célébration, Monseigneur Ricard commente sa devise "À cause de l'Evangile" en proclamant : "Mon programme, c'est l'Evangile".

Le 11 octobre 2012, à l'occasion des 50 ans de l'ouverture du Concile Vatican II, Mgr Ricard publie six textes dans un livre intitulé "Vatican II, du souffle pour notre temps" et invite prètres, diacres et fidèles à travailler sur la réception des fruits du concile dans la dynamique du synode romain sur la nouvelle Évangélisation et l'Année de la Foi.

Le jeudi 24 octobre 2002, le Pape a nommé Mgr Jean-Claude Hertzog évêque auxiliaire, jusqu'alors Vicaire Général du diocèse de Bordeaux. Son ordination épiscopale a eut lieu le dimanche 22 décembre en la cathédrale Saint-André à Bordeaux, il est décédé le 24 novembre 2005.

Mgr Jacques Blaquart est nommé évêque auxilliaire de Bordeaux, le 28 juin 2006. Il y restera jusqu'au 27 juillet 2010.
Mgr Laurent Dognin est ordonné évêque auxiliaire le 27 janvier 2011.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+