"Chacun doit contribuer à influencer l’opinion publique"

Mgr Jean-Pierre Ricard répond à quelques questions sur les mobilisations et interventions de catholiques par rapport au projet de loi sur le mariage pour les personnes de même sexe.

Devant le projet gouvernemental de loi sur « Le mariage pour tous » un certain nombre de catholiques se demandent « que faire ? » pour manifester leur désaccord ?

Il est important, tout d’abord, que les catholiques puissent partager leurs convictions et leurs opinions dans l’environnement familier qui est le leur. Il est de la responsabilité de chacun de contribuer à influencer l’opinion publique. Ils peuvent également écrire à leurs élus pour leur faire part de leurs opinions et de leur volonté. C’est de notre devoir de citoyen d’exprimer notre réflexion et nos suggestions.

 

L’Église catholique, par la voix des évêques va-t-elle appeler à manifester ?

L’Église n’est pas un parti politique. Elle ne donne ni consigne de vote, ni consigne de manifestation. Chaque catholique choisit en conscience les moyens qui lui paraissent les mieux indiqués et les plus efficaces pour faire connaître publiquement ses propres convictions.

“Il ne s’agit pas de défendre l’Église mais le mariage entre un homme et une femme”

Ceci dit, vu ce qui risque d’apparaître comme une absence de vrai débat sur ce projet de loi concernant le « mariage pour tous », je pense qu’un certain nombre de catholiques voudront manifester leur opposition à cette loi. D’ailleurs, différentes manifestations leur sont proposées au niveau national ou local. Qu’ils étudient les propositions de leurs organisateurs, les thèmes mobilisateurs retenus et choisissent celles qui correspondent le mieux à leur propre approche de cette grave question de société.

Ces manifestations seront-elles des manifestations de catholiques ?

Ces manifestations gagneront en force persuasive si elles ne sont pas uniquement confessionnelles. Il ne s’agit pas de défendre l’Église mais le mariage entre un homme et une femme comme un élément fondamental de notre vie sociale. Et sur ce point, on doit pouvoir rassembler des français de différentes confessions, religions ou convictions philosophiques. Il est important que ces manifestations aient l’assise sociale la plus large possible.


Allez-vous vous-même manifester ?

Je comprends qu’un certain nombre de catholiques souhaitent manifester, mais à chacun ses responsabilités. Il revient à l’évêque de s’exprimer et d’éclairer les consciences, pas forcément de manifester même si cette manifestation peut avoir sa légitimité. Le pape parle haut et clair. Mais je ne l’ai jamais vu manifester dans les rues de Rome !


Tous les évêques vont-ils faire ce choix ?

Il revient à chaque évêque de décider ce qui lui paraît le plus judicieux. Comme évêques nous pouvons être tout à fait d’accord sur les objectifs et différer sur la stratégie à adopter. Celle-ci dépendra de l’analyse que chacun fera de la situation et des particularités du terrain. Ce qui d’ailleurs est le plus important, quelques soient les moyens choisis, c’est de travailler à l’éveil des consciences et à l’affermissement des convictions.