“Que cette Maison soit vraiment une maison de famille où chacun se sente chez soi et éprouve du plaisir à venir."

Notre maison diocésaine s’inscrit dans la dynamique d’évangélisation de notre Église diocésaine. Elle souhaite aussi, dans ses propositions, entrer en dialogue avec les autres Églises, les autres religions, les autres familles de pensée.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Bénédiction et inauguration par le cardinal Jean-Pierre Ricard de la Maison Saint Louis Beaulieu,le mardi 20 septembre 2016.

Chers amis,

Bonsoir à tous ! Vous êtes venus très nombreux pour cette cérémonie d’inauguration de la Maison Saint Louis Beaulieu. Je vous remercie de votre présence et de votre soutien. Je salue en particulier la présence de tous ceux qui nous ont fait l’amitié d’être parmi nous ce soir :

 

Les personnalités religieuses :Mgr Hubert Herbreteau, évêque d'Agen, Bruno Gautier, doyen de la Factulté de Théologie de Toulouse, Mme le Pasteur Valérie Mali, pour l'Eglise protestante de Bordeaux, M. l'abbé Denis Cazaux, représentant le diocèse d'Aire et Dax, M. l'abbé Guy Rougerie, représentant le diocèse d'Angoulème. Je salue la communauté bouddhiste également présente parmi nous.

 

Les personnalités civiles : Mme Stéphnie Givernaud, conseillère municipale représentant M. Alain Juppé, Mme Brigite Collet et Mme Anne Brézillon , ainsi que M. Jean-Louis David et M. Joël Solari, adjoints au Maire de Bordeaux, M. Laurent Lamara, conseiller municipal d'Arcachon et conseiller régional, M. le consul Mohammed Kamal, consul d'Algérie, Mme Agnès Vatican, directrice des archives départementales de Gironde, Mme Nathalie Morlot, Maire d'Orgine, le docteur Albert Roche, président du Conseil de l'Ordre des médecins, Maître Isabelle Braastad, présidente du Conseil de l'Ordre des notaires, Mme Christiane Dubes, trésorière régionale et M. Bernard Rougier, directeur de Terre Nègre.

 

 

Cette Maison qui rouvre ses portes aujourd’hui a une longue histoire. Bien située au cœur de la ville. Elle jouit d’un parc qui est vraiment un poumon vert et un lieu de calme particulièrement apprécié. Elle a été à la fin du 19ème siècle le Carmel de Bordeaux. Après l’expulsion des Congrégations (en novembre 1901), les bâtiments n’ont plus été occupés. En 1910, ils ont été achetés par le diocèse de Bordeaux et utilisés comme grand séminaire. Le Grand Séminaire existant jusque là rue Hamel avait été pris par l’État, après la loi de Séparation des Églises et de l’État de 1905.

 

Nommé archevêque de Bordeaux en 1936, Mgr Feltin est inquiet des conditions de vie des séminaristes. Pas d’eau courante ni de chauffage dans les chambres, pas d’électricité. Des conditions insuffisantes d’hygiène. Trois séminaristes ont dû se faire soigner pour tuberculose. Mgr Feltin décide de transformer la maison et de faire construire la grande aile devant laquelle nous nous trouvons. La Chapelle et les autres bâtiments vont être réaménagés. En 1937, la première pierre du nouveau Séminaire va être posée et nous célébrons cette année le 70ème anniversaire de la consécration de la chapelle, le 25 novembre 1946, par le nonce apostolique en France, Mgr Angelo Roncalli, futur pape saint Jean XXIII.

 

Depuis 70 ans, bien des travaux ont été effectués sur ce site mais surtout la fonction même de la Maison a changé. Les effectifs du Séminaire ayant baissé, les services diocésains s’étant développés, cette maison est devenue Maison diocésaine, abritant, outre le séminaire, services, mouvements, propositions de formation et réunions diverses. On lui a donné le nom de Louis Beaulieu, ce prêtre né à Langon en 1840, missionnaire des Missions Étrangères de Paris, qui est mort martyr en Corée, le 8 mars 1866, à l’âge de 25 ans. Nous fêtons cette année le 150ème anniversaire de son martyre. Il a été béatifié en 1968 par le Bienheureux Paul VI et canonisé en 1986 par le pape saint Jean-Paul II. Il est celui qui veille sur notre Maison. Nous l’invoquerons tout à l’heure. Je vous invite à visiter l’exposition que la Bibliothèque lui a consacrée.

 

Depuis plusieurs années, des travaux importants s’imposaient à nous. Nous en avons profité pour repenser l’utilisation de cette maison et la réorganisation de ses espaces. Nous avons souhaité :

 

  • offrir un véritable accueil et une entrée proche de la rue Saint Genès
  • permettre au Séminaire d’avoir une vraie unité de lieu de vie tout en s’insérant dans une Maison diocésaine
  • bénéficier d’un ensemble de salles bien équipées en matériel et en moyens modernes de communication permettant un large accueil, y compris l’accueil de groupes non ecclésiaux
  • favoriser la collaboration et le vivre ensemble des services diocésains et des mouvements
  • se doter des locaux et d’un équipement performant pour notre bibliothèque, pour notre Radio RCF
  • accueillir des étudiants avec la création d’un Collège universitaire qui a commencé cette année par la présence de 9 étudiants. Leur nombre devrait augmenter dans les années qui viennent.
  • proposer une restauration de qualité plus ajustée à nos besoins.

 

Notre maison Saint Louis Beaulieu se veut un lieu, ouvert, accueillant. Elle souhaite aussi, dans ses propositions, entrer en dialogue avec les autres Églises, les autres religions, les autres familles de pensée. Nous n’oublions pas que notre inauguration a lieu en cette journée de prière pour la paix en union avec le pape François et les responsables religieux présents à Assise aujourd’hui.

 

Notre maison diocésaine s’inscrit dans la dynamique d’évangélisation de notre Église diocésaine. Pour cela, elle se propose aussi d’être ce lieu de rencontre, de partage de formation et de communion de tous ceux et celles qui sont engagés dans cette grande aventure de l’Évangélisation. La communion est indispensable à la mission.


Je suis heureux de voir la joie de tous ceux et celles qui commencent à habiter cette maison et sont heureux de l’habiter ensemble (le Séminaire, les responsables des services et des mouvements, l’Institut Pey-Berland). Je souhaite que la Maison saint Louis BEAULIEU soit vraiment la maison de famille où chacun se sente chez soi et éprouve du plaisir à venir.

 

Je voudrais remercier tous ceux qui ont contribué par leur participation financière généreuse et fidèle aux travaux de cette Maison : les secteurs pastoraux, les communautés religieuses, les mécènes, les châteaux et les très nombreux particuliers. En attendant que vos noms soient inscrits dans les cieux, ils seront inscrits sur les feuilles de ce grand chêne, évocation du chêne de Mambré, lieu particulièrement symbolique dans la Bible soulignant l’importance de la rencontre et de l’hospitalité. Une branche sera posée d’ici Noël, pour pouvoir inscrire le nom de nouveaux donateurs. Merci à l’établissement scolaire Saint Genès qui nous a accueillis pendant ces trois années (que ce soit pour la bibliothèque ou la fête du Séminaire) et qui a mis ce soir son parking à notre disposition.

 

Je voudrais dire un grand merci, à Philippe ROUSSELOT, notre architecte, à son cabinet d’architecture et à ses collaborateurs et collaboratrices, en particulier Charlotte DAUBECH, à Monsieur Christophe CONAN, l’artiste qui a conçu et réalisé ce chêne de Mambré. Il nous le présentera tout à l’heure. Un grand merci aussi à toutes les entreprises qui ont participé à ce chantier :

 

-l’entreprise NEVEU pour la démolition, le gros œuvre, la charpente et le traitement des façades

-SOPRÉMA pour l’étanchéité

-RICHARD pour les menuiseries extérieures

-HORIZON METAL pour la serrurerie et la charpente métallique

-MAINVIELLE pour la plâtrerie et les faux plafonds

-LEGENDRE et LUREAU pour les menuiseries intérieures

-PLAMURSOL pour le revêtement des sols

-STAP pour les peintures

-LAFOURCADE pour l’électricité et la sécurité incendie

-GENICLIM pour la plomberie

-CFA pour les ascenseurs

-ESTRADE pour la voirie et les réseaux divers pour les parkings

-ESPACE PAYSAGE pour les espaces verts

-CREAT SERVICES pour l’équipement de cuisines

-AUDIOMASTER pour l’installation de la vidéo conférence

 

Merci aussi à Vincent FERRER et Michel BARTÈS qui ont suivi le travail de tous ces corps de métier et à Alexandre BROINE, qui a porté le souci du déménagement d’abord puis ensuite du réaménagement de la Maison.

 

Dans la liste des remerciements, je tiens à dire aussi un merci tout spécial à tous ceux et celles qui se sont investis ces derniers temps afin que tout soit prêt pour l’ouverture et l’inauguration de notre Maison diocésaine. Je sais que cela a engendré stress, fatigue et travail à point d’heure. Je pense à nos directeurs de la Maison, Catherine OLIVEAU et Grégoire DARRAGON, à tout le personnel, à ceux qui ont donné beaucoup de leur temps et de leur cœur dans l’élaboration du projet et dans le suivi du chantier : Le Père Jean ROUET, Benoît DEHEN et notre Conseil de maison.

 

Vont prendre maintenant la parole, Philippe ROUSSELOT, au titre du cabinet d’architecture, et Christophe CONAN, l’artiste réalisateur du Chêne de Mambré. Nous aurons ensuite un temps de prière puis nous entrerons dans la Maison. Nous pourrons prendre alors le temps de la visite avant de nous retrouver pour un apéritif et une soirée qui se veut festive et conviviale.

 

 

+ Jean-Pierre cardinal Ricard

Archevêque de Bordeaux

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+