Message après la grêle du 26 mai 2018

Pour que nul ne reste dans la désolation, écrasé par l’épreuve, isolé et submergé par les difficultés à traverser, j’encourage chacun à mettre en œuvre jusque dans les gestes les plus simples d’amitié et de solidarité, ces convictions que nous avons partagées durant le Synode. 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Message du cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, adressé à tous les secteurs pastoraux touchés par l'épisode de grêle de mai 2018. Il invite à une attention et un soutien tout particulier des personnes travaillant dans la viticulture.

Les très violents orages de grêle qui se sont abattus sur notre région le week-end dernier ont provoqué dans le vignoble bordelais des dégâts considérables. Certains viticulteurs ont perdu jusqu’à 100% de leur récolte. Parfois ceux-là mêmes qui avaient déjà été très éprouvés par le gel de l’an dernier et qui voyaient la récolte de 2018 s’annoncer sous les meilleurs auspices au moment de la sortie des grappes.

 

Même s’il n’y a pas eu de victime au moment même de ces intempéries, nous mesurons la catastrophe qu’elles représentent pour cette seconde année consécutive. Ce que donnent à voir certaines parcelles de notre vignoble est éloquent.

Pour nous chrétiens, comme nous le dit l’Evangile de ce jour (Mc 14, 12-16, 22-26), par l’action et les paroles de la consécration, le fruit de la vigne et le pain rendent présent le Christ, notre Seigneur, en son corps livré et son sang versé pour nous. Nous devons naturellement prendre soin de la vigne.

Je veux manifester ma proximité à tous ceux dont le travail a ainsi été mis à mal. Les viticulteurs et les vignerons, les ouvriers agricoles, tous les employés de la filière viticole et leurs familles pour lesquels l’impact de cette dizaine de minutes de déluge de glace est considérable.

Je veux leur dire, et j’ai besoin de vous tous pour cela, qu’ils peuvent trouver auprès des communautés chrétiennes une attention réconfortante, la marque d’une solidarité humaine, une entraide revigorante. Le fatalisme et la résignation n’auront pas raison de l’espérance qui est la nôtre et que nous voulons partager !

 

Le dimanche précédent cet épisode douloureux, en la fête de la Pentecôte, j’ai promulgué et je vous ai confié les Actes du synode. Ils sont comme une boussole des disciples en sortie que nous voulons être pour « rejoindre et accueillir, écouter et appeler, accompagner et témoigner ».

 

Pour que nul ne reste dans la désolation, écrasé par l’épreuve, isolé et submergé par les difficultés à traverser, j’encourage chacun à mettre en œuvre jusque dans les gestes les plus simples d’amitié et de solidarité, ces convictions que nous avons partagées. Soyons proches de ceux qui sont aujourd’hui éprouvés. Entourons-les ; accompagnons-les ; soutenons-les pour traverser l’adversité ; encourageons-les à se relever.

 

C’est dans l’élan et le souffle de notre synode que je vous adresse ce message fraternel!

 

Dimanche 3 Juin 2018,

En la fête du Corps et du Sang du Christ,

+ Jean-Pierre cardinal Ricard

Archevêque de Bordeaux

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+