Remettez vos vies entre les mains de Dieu

Si le Seigneur vous choisit, ce n’est pas pour faire de vous des privilégiés, une élite ou de super-chrétiens. C’est pour une mission et un service. Rappelez-vous que le ministère sacerdotal est au service du sacerdoce commun de tous les baptisés.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie prononcée par Mgr Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, ce dimanche 24 juin 2018 en la cathédrale Saint-André, pour l'ordination presbytérale de 6 prêtres.

Chers frères et sœurs,

L’évangile que nous venons d’entendre nous relate la naissance de Jean-Baptiste. Et il nous est dit à son propos : « la main du Seigneur était avec lui ». Cette parole a une résonnance toute particulière au moment où je vais imposer les mains, au nom du Seigneur, sur ces six diacres qui vont recevoir l’ordination presbytérale.

A vous qui allez être ordonnés, j’ai envie de dire ce soir :
la main du Seigneur est sur vous
la main du Seigneur sera avec vous
remettez vos vies entre les mains de Dieu.

1) LA MAIN DU SEIGNEUR EST SUR VOUS

En cette fête de la naissance du Précurseur, nous voyons le Seigneur mettre la main sur cet enfant. Né d’un couple stérile comme un don divin, il est l’objet d’un choix de Dieu. Son nom surprend. On pressent que cet enfant aura un avenir singulier. Les proches de sa famille s’interrogent : « Que sera donc cet enfant ? ». Oui, Dieu compte sur lui. Il aura pour mission de préparer les chemins du Seigneur et de confesser le Christ quand celui-ci se manifestera publiquement.

Chers amis, déjà, lors de votre baptême et de votre confirmation, le Seigneur a mis la main sur vous. Il vous a appelés à une vie nouvelle avec lui. Il a fait de vous ses disciples, ses amis, ses témoins. Mais aujourd’hui, il met de nouveau sa main sur vous pour faire de vous les pasteurs de son peuple, ceux qui vont participer au ministère apostolique. Ce ministère ne se réduit pas à une fonction que l’on pourrait n’exercer que pour un temps. Il implique la consécration d’une vie. Certes, le Seigneur vous prend avec tout ce que vous êtes, votre histoire, votre psychologie, les relations d’affection et d’amitié qui vous ont constitués, votre dynamisme et vos fragilités. C’est avec tout cela qu’il vous invite à entrer dans une aventure spirituelle, une aventure dont les pages s’écriront tout au long de votre vie. En effet, c’est tout au long de votre existence que vous découvrirez ce que c’est qu’être apôtre, être prêtre, être pasteur de ce peuple à qui Dieu vous envoie. Comme l’apôtre Pierre, vous n’aurez jamais fini de découvrir ce qu’il y a dans cet appel du Seigneur qui vous dit à vous aussi, comme il l’a dit à lui : « Viens, suis-moi » (cf. Jn 21, 19). Oui, le Seigneur vous a choisis pour une mission particulière. Comme le prophète Isaïe, vous pouvez dire : « Le Seigneur m’a appelé dès le sein maternel, dès les entrailles de ma mère il a prononcé mon nom » (Is 49, 1). Oui, le Seigneur compte sur vous. Vous êtes à son service. Dieu vous a appelés gratuitement. Soyez témoins autour de vous de la gratuité de son amour. En effet, nous ne méritons pas l’amour de Dieu. Il nous est toujours donné, et redonné, gratuitement.

2) LA MAIN DU SEIGNEUR SERA AVEC VOUS

Mais si le Seigneur vous choisit, ce n’est pas pour faire de vous des privilégiés, une élite ou de super-chrétiens. C’est pour une mission et un service. Rappelez-vous que le ministère sacerdotal est au service du sacerdoce commun de tous les baptisés.

Jean-Baptiste est choisi pour une mission. Et la main de Dieu qui est sur lui va être aussi, comme dit l’Évangile, avec lui, pour l’aider à accomplir cette mission. Zacharie, son père, avait perçu grâce à la parole de l’ange que la mission de Jean consisterait à «préparer pour le Seigneur un peuple bien disposé » (Lc 1, 17). Jean, le baptiseur, invite à la conversion, prépare les esprits à une intervention décisive de Dieu. Il conduit au Christ et s’efface devant lui : « Voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ». (Jn 1, 29).

Vous aussi, chers amis, comme pasteurs, vous aurez à « préparer pour le Seigneur un peuple bien disposé ». Vous aurez à conduire au Christ, en révélant sa présence, en se mettant à l’écoute de sa Parole, en découvrant ce qu’a de beau, d’original et d’exaltant l’expérience chrétienne. Vous serez au service de la sainteté du peuple chrétien, comme nous l’a rappelé récemment le pape François. Vous inviterez chacun à s’unir dans l’eucharistie au sacrifice du Christ en offrant à Dieu sa propre vie. Comme pasteurs, vous aurez à discerner les charismes dont les baptisés sont porteurs. Soyez davantage éveilleurs qu’extincteurs ! Accompagnez chacun là où il en est dans sa démarche de foi. Rappelez-vous que l’engendrement dans la foi peut être laborieux et qu’en ce domaine les accouchements ne sont pas toujours sans douleurs. Soyez proches de ceux qui rencontrent l’épreuve ou l’adversité. C’est ainsi que vous serez de vrais pasteurs selon le cœur de Dieu, à l’image du Christ, bon pasteur pour son peuple. Soyez artisans de communion, de fraternité entre tous et tout particulièrement de fraternité entre prêtres. Je suis frappé de plus en plus de voir combien des prêtres qui s’entendent et donnent le témoignage d’une vie fraternelle soutiennent avec force la communion et la dynamique missionnaire de toute une communauté.

Chers amis, vous aurez la perception, à certains jours, que ce ministère apostolique excède vos forces, que vous êtes bien pauvres devant Dieu et que ce service du peuple peut être parfois particulièrement éprouvant. Rappelez-vous alors que vous n’êtes pas seuls mais que Dieu s’est engagé avec vous : la main de Dieu sera avec vous. Mais vous ne serez portés par cette confiance dans le Seigneur que si vous remettez vos vies au jour le jour entre les mains de Dieu.

3) REMETTEZ VOS VIES ENTRE LES MAINS DE DIEU

Remettre sa vie entre les mains de Dieu, c’est accepter de se laisser conduire par lui, même si, à certains jours, le Seigneur nous fait passer par des chemins qui ne nous sont pas familiers.

Jean-Baptiste est dérouté par la façon dont Jésus donne visage à sa messianité. Il aurait imaginé un messie plus puissant, plus terrifiant, le juste Juge qui aurait dans sa main la pelle à vanner. Or, il voit en Jésus un Messie, doux et humble de cœur. Jean passe par une phase de déstabilisation, d’épreuve pour sa foi. Dans sa prison, il envoie certains de ses disciples dire à Jésus : « Es-tu Celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » (Lc 7, 19). Mais Jean accepte de se laisser conduire par Dieu. Il a remis sa vie entre ses mains. Il a confiance en lui.

Chers amis, au jour le jour, remettez vos vies entre les mains de Dieu. Laissez-vous conduire par lui. On ne sait pas ce que sera l’Église dans vingt ans, dans trente ans. Il vous faudra sans doute faire preuve de beaucoup d’imagination pastorale et d’audace apostolique. Mais gardez confiance. L’Évangile touche les cœurs. Il suscitera toujours des disciples qui seront vos compagnons de route et vous soutiendront dans la mission apostolique. N’ayez pas peur. Dieu sera avec vous. Comme le dit le livre des Actes des Apôtres, sa main vous secondera toujours sur les routes de la mission (cf. Ac 11, 21). Amen.

+ Jean-Pierre cardinal RICARD
Archevêque de Bordeaux
Évêque de Bazas

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+