Fatima : un message de confiance !

Le message de Fatima est profondément un message de confiance. N’hésitons pas à nous tourner vers le cœur maternel de Marie.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie de la messe du centenaire des apparitions de Notre Dame de Fatiman, prononcée par le cardinal Jean-Pierre Ricard, le dimanche 14 mai 2017 en l'église Saint Bernadette d'Arlac à Mérignac.

Chers frères et sœurs dans le Christ,

 

La question que nous pouvons nous poser ce matin est bien celle-ci : en quoi ces apparitions de la Vierge à Fatima et les messages de Marie qui nous ont été transmis par les voyants nous concernent-ils aujourd’hui ? Cent ans après, que viennent-ils nous dire d’important et d’actuel pour notre propre vie de foi ?

 

Le message qui nous est adressé aujourd’hui, en cette fête de Notre Dame de Fatima, peut se résumer en quatre appels qui sont d’ailleurs eux-mêmes au cœur de la vie chrétienne.

 

 

1-Tournez-vous vers Dieu et convertissez-vous.

 

Marie a invité Lucie, François et Jacinthe à se tourner vers le ciel, à prier et à accueillir Dieu dans leur vie de tous les jours. Ils vont prendre très au sérieux cette invitation de la Vierge. Ils réciteront le Rosaire, offriront leur vie. François et Jacinthe accepteront l’épreuve de la maladie, les souffrances causées par la grippe espagnole qui les emportera. Ils ont donné leur vie à Dieu. Le pape les a canonisés hier. Ce n’est pas parce qu’ils ont vu la Vierge qu’ils ont été canonisés mais parce qu’avec leur cœur d’enfants ils ont aimé le Seigneur et se sont mis au service de ceux que le Seigneur avait mis sur leur route. La sainteté ne dépend pas de l’âge mais de l’ouverture du cœur. Quant à Lucie, elle choisira la vie religieuse contemplative. Elle est morte en 2005 et son procès en vue d’une béatification éventuelle a été ouvert. L’étape diocésaine de ce procès a été clôturée le 13 février dernier et le dossier est maintenant à Rome.

 

Ce message de Notre Dame de Fatima nous questionne sur la vigueur de notre foi. Dieu est-il au cœur de notre vie ? Quelle place dans notre existence quotidienne ont, la prière, notre cœur à cœur avec Dieu, l’écoute de la Parole de Dieu, la méditation de l’Évangile, la récitation du chapelet et du Rosaire, qui est au cœur du message de Fatima ? Faisons-nous vraiment de l’eucharistie notre nourriture, ce moment fort où nous accueillons le Seigneur qui veut habiter chez nous, qui veut demeurer en nous. « Voici que je suis à la porte et je frappe. Chez celui qui entend ma voix et m’ouvre, j’entrerai et nous mangerons en tête à tête, lui avec moi et moi avec lui » (Ap. 3,20). Accueillons-nous le Seigneur ? Voulons-nous prendre l’Évangile comme la boussole de notre vie ?

 

 

2-Offrez votre vie.

 

La Vierge invite les enfants à faire des sacrifices. Le terme aujourd’hui nous fait difficulté. A l’heure où chacun cherche plutôt son épanouissement personnel, on n’aime pas faire des « sacrifices ». Il faut pourtant bien comprendre ce terme. Il n’a rien de masochiste. Il invite à se donner, à s’offrir. Saint Paul nous rappelle qu’il y a deux logiques de vie : soit on se centre sur soi, on ne pense qu’à soi, on ne vit que pour soi, que pour ses intérêts, et on fait vite l’expérience que le vrai bonheur n’est pas au rendez-vous, soit on se décentre. On s’offre à Dieu et aux autres et là le Christ nous promet la vraie vie, celle qui ne déçoit pas: « Celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perd sa vie à cause de moi et de l’Évangile, la sauvera » (Mc 8, 35). C’est là la vraie conversion, la véritable « pénitence » à laquelle nous sommes appelés.

 

Les jeunes voyants n’auront pas la vie facile. Ils devront lutter spirituellement contre des forces adverses dans leur famille, dans leur environnement, dans les responsables politiques ou ecclésiaux. On cherchera à leur faire remettre en question ce qu’ils disent avoir vu et entendu. Avec l’aide de Dieu, ils tiendront bon et accepteront de souffrir pour le Christ et pour Marie.

 

Cet appel à nous donner nous aussi nous fait, en fait, participer à l’offrande du Christ, qui, sur la croix, s’offre pour le salut du monde. Par notre combat spirituel, par notre lutte contre le péché et les forces du mal, nous participons à la Rédemption, nous apportons notre contribution à la passion du Christ, nous vivons pleinement la communion des saints. Le message de Fatima ne gomme pas ce que peut avoir de dramatique l’œuvre de la Rédemption présente dans le monde. Mais il nous invite à y participer et fortifie notre espérance en nous redisant la victoire du Ressuscité sur les forces du mal et de la mort.

 

 

3-Priez pour la paix et soyez des artisans de paix.

 

Si le message de Fatima nous montre le ciel, il n’est pas pour autant un message aérien, éthéré, loin de nos contingences d’ici-bas. Il est au contraire très réaliste. Il parle aussi de l’enfer, du drame que vivent les pécheurs. Et nous savons qu’il y a aujourd’hui dans notre monde bien des situations infernales. Des hommes font vivre à d’autres de véritables enfers : enfer de la guerre et du terrorisme, enfer des guerres ethniques, enfer de la faim et de la pauvreté, enfer de la migration et des conditions de vie des réfugiés, enfer de la méchanceté et des souffrances psychologiques.

 

Les petits voyants ne vivaient pas à une période facile. En 1917, nous sommes en pleine guerre mondiale, le Portugal est dans une situation politique difficile ; en Russie, Lénine va prendre le pouvoir et instaurer le système communiste qui fera des millions de victimes. Dans le « secret » qui sera révélé aux jeunes voyants puis à Sœur Lucie, les tribulations qui toucheront le monde, l’Église et même le pape, ne seront pas absentes. Ces paroles ne sont pas là pour nous faire peur mais pour nous appeler à la prière. La Vierge invite à la prière, appelle à prier pour la conversion de la Russie. Elle nous invite à nous engager pour la paix, à prier pour la paix, à être comme le dit Jésus dans le sermon sur la montagne, des artisans de paix : « Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu » (Mt. 5, 9). Avouons que cet appel est plus actuel que jamais. Prions le Seigneur de donner à notre monde la grâce de la paix. Que son Esprit soutienne dans notre vie la plus quotidienne nos engagements pour la paix, paix dans nos familles, dans notre environnement, dans notre société, dans le monde entre les peuples !

 

 

 

 

 

4-Tournez-vous avec confiance vers le cœur maternel de Marie.

 

En rencontrant Lucie, François et Jacinthe, la Vierge les invite, et nous avec eux, à se tourner vers son cœur immaculé et à se confier à lui. Elle ouvre son cœur de mère à ses enfants. Elle leur présente son visage de miséricorde et ce visage reflète le visage de miséricorde de Dieu. Le pape François nous a dit à Fatima qu’aucune autre créature n’avait vu resplendir comme Marie le visage de Dieu. C’est pour cela que la piété chrétienne a très souvent uni le cœur du Christ et celui de Marie, le Sacré Cœur et le Cœur immaculé de la Vierge.

 

Le message de Fatima est profondément un message de confiance. N’hésitons pas à nous tourner vers le cœur maternel de Marie. Au cœur de nos difficultés, de nos soucis, de nos épreuves, de nos inquiétudes pour nous, pour nos proches, pour l’Église ou pour le monde, tournons-nous vers Marie et confions-nous à elle. Comme Lucie, François et Jacinthe remettons-nous dans les mains miséricordieuses de Marie. Elle nous confiera aux mains aimantes de Dieu. Amen.

 

 

+ Jean-Pierre cardinal RICARD

Archevêque de Bordeaux

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+