Une pastorale du tourisme sous le signe de la fraternite et de l’accueil

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Édito du cardinal Jean-Pierre Ricard, publié dans le numéro de juin du journal Église catholique en Gironde.

Chaque année, des  centaines de milliers de vacanciers et de touristes passent par notre département ou viennent y séjourner. Même si aujourd’hui les durées de séjour sont plus courtes et les rotations plus rapides, nous ne pouvons pas rester étrangers à cette population  de vacanciers, campeurs, amateurs de plage, de soleil ou de vins à déguster qui viennent chez nous. Comme le rappelait le Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrations : « Aujourd’hui plus que jamais, il est nécessaire de considérer la pastorale du tourisme comme faisant partie intégrante de la pastorale ordinaire. »

DONNER VISAGE À LA FRATERNITÉ CHRÉTIENNE

Une de nos premières missions vis-à-vis des vacanciers que nous accueillons est de donner un visage concret à la fraternité chrétienne. Si chaque chrétien est membre d’une Église locale, il doit se sentir aussi en famille dans toute communauté chrétienne. La Lettre à Diognète ne dit-elle pas : « Les chrétiens résident chacun dans sa propre patrie, mais comme des étrangers domiciliés…Toute terre étrangère leur est une patrie, et toute patrie leur est une terre étrangère. » ?

Cet accueil fraternel peut prendre des formes très diverses :

  • mot d’accueil aux assemblées dominicales
  • informations et tracts en différentes langues
  • églises ouvertes et accueillantes
  • visites guidées de notre cathédrale Saint André et de nos basiliques
  • rencontres conviviales
  • conférences
  • propositions de haltes spirituelles ou de journées découverte amicales

N’hésitons pas à faire preuve d’imagination pastorale !

SOIGNER UN LARGE ACCUEIL ET UNE PROPOSITION OFFERTE À TOUS

Si l’accueil de frères venus d’ailleurs est important, il ne s’agit pourtant pas de jouer « à guichet fermé » entre catholiques convaincus. Le pape François nous invite à être une Église « en sortie ». N’oublions pas que c’est tout homme qui est invité à devenir notre frère. Une pastorale du tourisme sera toujours une pastorale ouverte à tous, une pastorale de l’accueil et de la proposition de la foi. Le temps des vacances peut être celui de la rencontre, de l’insolite, celui d’une disponibilité à un  questionnement qui n’est pas habituel pendant l’année. Des lieux et des temps d’accueil et d’écoute sont à proposer ainsi qu’une présentation de notre patrimoine, et en particulier de notre patrimoine religieux. C’est à partir d’une approche culturelle, d’une expérience du beau (architecture, cadre naturel, arts plastiques et musique…) que certains de nos contemporains  peuvent s’ouvrir à un questionnement spirituel. Il y a là un rendez-vous à ne pas manquer.

Nous qui sommes très attachés à l’enracinement et au travail dans la durée, voici qu’il nous faut apprendre une pastorale de la mobilité et du ponctuel. Nous avons à redécouvrir l’art de vivre des nomades. Ils savent que les caravanes sont appelées à repartir mais cela ne les empêche pas de goûter dans le présent qui leur est donné la joie de la rencontre autour du puits ou de la source. Alors osons dans ce cadre du tourisme et des loisirs prendre le risque de la rencontre !

+ Jean-Pierre cardinal Ricard

Archevêque de Bordeaux

Évêque de Bazas

 

 

Crédit photo : François Louzet - CC BY-NC-ND

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+