La Semaine de prière pour l'unité des chrétiens

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Cette Semaine nous est donnée pour vérifier dans la vie quotidienne de nos communautés ecclésiales l’ardeur de notre engagement œcuménique. Celui-ci n’est pas matière à option... Editorial de Mgr Ricard dans l'Aquitaine du 20 janvier 2012

 

Rituellement, chaque année, revient, du 18 au 25 janvier, la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Celle-ci  – reconnaissons-le – n’a plus l’aspect novateur et mobilisateur qu’elle pouvait avoir, il y a quelques décennies. Cela est-il dû à un souffle œcuménique en baisse de tonus ou bien  à une pratique de l’œcuménisme entrée dans la vie habituelle de nos Eglises ?  C’est à chacun de répondre à cette question.

En tout cas, cette Semaine nous est donnée pour vérifier dans la vie quotidienne de nos communautés ecclésiales l’ardeur de notre engagement œcuménique. Celui-ci n’est pas matière à option, comme le rappelait le pape Jean-Paul II :

 «L'œcuménisme, le mouvement pour l'unité des chrétiens n'est pas qu'un " appendice " quelconque qui s'ajoute à l'activité traditionnelle de l'Eglise. Au contraire, il est partie intégrante de sa vie et de son action, et il doit par conséquent pénétrer tout cet ensemble et être comme le fruit d'un arbre qui, sain et luxuriant, grandit jusqu'à ce qu'il atteigne son plein développement » (Encyclique Ut unum sint, n° 20).

N’oublions pas que ce qui nous unit est plus important que ce qui nous divise.

Au cours de cette Semaine, il nous faut ensemble entrer dans la prière, pour remercier le Père de nous avoir donné son Fils et nous faire vivre de l’Esprit. C’est là tout l’apport de cette vie baptismale qui nous est commune et le fondement de notre fraternité chrétienne. N’oublions pas que ce qui nous unit est plus important que ce qui nous divise. Nous sommes encore marqués à Bordeaux par la beauté et la force des deux célébrations du matin de Pâques vécues par les membres des différentes Eglises chrétiennes présentes en Gironde. Mais il nous faut aussi prier pour que, surmontant leurs divisions, les disciples du Christ puissent donner le témoignage commun d’une unité organique et être ainsi fidèles à ce que le Seigneur demande dans sa prière : « Que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi, qu’ils soient en nous eux aussi, afin que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jn 17, 21).

 

Nous sommes appelés également à partager notre accueil du don de Dieu. Nous sommes invités à échanger tous ces dons que nous avons reçus dans l’Ecriture, dans la tradition ecclésiale, dans ce qui fait le quotidien de notre vie ecclésiale et personnelle. Il est important que chaque Eglise partage aux autres ses convictions profondes. Il ne s’agit pas de rechercher le plus petit commun dénominateur ou de taire ce qui fâche mais d’offrir aux autres ce que nous discernons dans chacune de nos Eglises comme charismes ou fruits de l’Esprit Saint.


Enfin, c’est la visée évangélisatrice qui doit aujourd’hui nous unir plus que jamais. Toutes nos Eglises ont été confrontées à ce lent mouvement de sécularisation qui fait apparaître une société qui n’a plus de références chrétiennes. L’Evangile doit être annoncé à nouveaux frais. Nous avons à découvrir entre membres de nos différentes confessions un compagnonnage apostolique absolument indispensable aujourd’hui. « L’amour du Christ nous presse » (2 Cor. 5, 14), affirmait Saint Paul. Puisse cette passion d’une annonce renouvelée de l’Evangile être le ferment d’une fraternité chrétienne approfondie ! C’est là aussi un des enjeux de notre Semaine de prière pour l’unité.

 

†  Jean-Pierre cardinal RICARD

Archevêque de Bordeaux

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+