“ Un jubilé pour se laisser réconcilier avec Dieu ”

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Le 8 décembre sera lancée à Rome, par le pape François, l’Année jubilaire de la Miséricorde. Il ouvrira ce jour là la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre. Le 13 décembre, les autres basiliques majeures de Rome ainsi que chaque cathédrale à travers le monde ouvriront une Porte sainte. Le Père Éric Jacquinet est chargé, avec Jean-Marie Despeyroux, de réaliser un livret pour aider les fidèles à vivre ce jubilé. Présentation des propositions !

Quel est le sens de ce Jubilé de la Miséricorde ?

L’idée est de prendre le temps de se laisser réconcilier avec Dieu. De cette réconciliation dépendent beaucoup de choses. À commencer par la paix du cœur ! Beaucoup de personnes sont aujourd’hui en difficulté car elles ont vécu des épreuves dont elles ne sont pas sorties, des pardons n’ont pas été donnés et reçus. Dans la relation avec Dieu, mais aussi bien sûr dans nos relations les uns avec les autres, c’est un temps pour « faire le ménage » en quelque sorte.

Dans la Bible, les jubilés étaient un temps de libération des esclaves, et nous sommes tous et toutes un peu esclaves de quelque chose. Cette libération nous permet de pacifier nos rapports avec Dieu et avec les autres. En accueillant la miséricorde, qui est le coeur de la révélation chrétienne, nous pourrons avancer les uns et les autres ensemble.

 

 

Comme à Rome, Bordeaux ouvrira plusieurs Portes saintes. Où seront elles et quel est le sens donné à ces portes ?

Jésus nous dit : « Je suis la porte des brebis, celui qui passe par moi sera sauvé. » Les fidèles sont invités à entreprendre une démarche, un passage, pour demander le don de la miséricorde. Celle-ci n’est pas à notre mesure, il s’agit d’un don de Dieu que l’on va humblement demander. C’est une démarche symbolique, mais si l’on va à la cathédrale pour reconnaître que l’on ne va pas y arriver tout seul, on réalise alors ce « passage intérieur » et on peut repartir ensuite pour mettre en œuvre des démarches pratiques.

Il y aura six lieux dans le diocèse qui auront une Porte sainte durant ce Jubilé. Le Portail royal de la cathédrale Saint-André, ouvert par le cardinal Ricard le 13 décembre. Le sanctuaire Notre-Dame de Verdelais, le sanctuaire Notre-Dame de Talence, la chapelle des sœurs de Marie Joseph et de la Miséricorde au Pian-Médoc, l’église Saint-Jean de Libourne et l’église de Notre-Dame de la fin des terres à Soulac auront elles aussi une Porte sainte que l’on pourra franchir, avec des propositions adaptées pour que chacun puisse entrer plus avant dans l’accueil de la Miséricorde.

Dans le diocèse de Bordeaux, chacun pourra recevoir une créanciale, sorte de livret de bord, proposant huit démarches pour vivre pleinement ce Jubilé. On peut tout d’abord accomplir un pèlerinage, soit vers l’une des églises jubilaires en Gironde, soit en participant à l’une des propositions du service diocésain des pèlerinages (Lourdes, Corée, Rome…). Il y a ensuite l’invitation à franchir l’une de ces huit Portes saintes et à présenter une prière à Marie, Mère de Miséricorde. Le pape encourage aussi chacun d’entre nous à demander pardon à Dieu, avec le sacrement de réconciliation. Les prêtres sont bien sûr disponibles toute l’année, mais nous aurons aussi un temps fort autour de la confession au mois de mars avec l’opération « 24h pour Dieu ».

Vivre ce Jubilé, c’est aussi vouloir se réconcilier avec un proche, une démarche souvent difficile mais toujours source de libération et de joie. Les fidèles sont aussi invités à aller à la messe, et à pratiquer une œuvre de Miséricorde. Le pape rappelle la liste traditionnelle des œuvres dites « corporelles » : nourrir les affamés, soigner les malades, visiter les prisonniers, accueillir l’étranger, etc., et des oeuvres « spirituelles » : encourager ceux qui doutent, pardonner, prier les uns pour les autres…

Enfin le pape propose de vivre une démarche un peu novatrice qui consiste à dialoguer avec des musulmans ou des juifs, pour qui Dieu est aussi le Miséricordieux.

Ce seront des pistes que l’on peut suivre seul ou en groupe, en paroisse ou au sein de groupes de lectures bibliques par exemple. On pourra aussi méditer les textes bibliques, proposés dans ce livret, qui évoquent la Miséricorde.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Le contenu demandé est pas disponible en ce moment