“ Accueillir et accompagner dans la durée ”

Nous devons bien sûr accueillir et venir en aide à nos frères chrétiens d’Orient qui fuient l’Irak et la Syrie. Mais nous devons répondre pareillement à l’appel du pape et ouvrir nos portes, sans distinctions, aux réfugiés qui traversent la Méditerranée, fuyant des pays en guerre.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Le 27 novembre, une centaine de personnes s’est réunie pour organiser l’accueil et l’accompagnement des réfugiés dans le diocèse de Bordeaux. Retrouvez les témoignages de participants et les informations données par la Pastorale des Migrants.

Patrice Vincey, responsable diocésain de la Pastorale des migrants :

Cette soirée a permis de rassembler toutes les personnes qui sont mobilisées pour cet accueil des réfugiés. Il est très important de se préparer. Nous avons donc pu donner ce soir un résumé des informations récupérées auprès des services de la préfecture, à la Pastorale des Migrants au niveau national, concernant l’accueil immédiat mais aussi l’insertion et l’accompagnement de ces réfugiés qui se fera dans la durée.

L’enjeu est aussi de tenir les deux bouts de l’accueil. Nous devons bien sûr accueillir et venir en aide à nos frères chrétiens d’Orient qui fuient l’Irak et la Syrie. Mais nous devons répondre pareillement à l’appel du pape et ouvrir nos portes, sans distinctions, aux réfugiés qui traversent la Méditerranée, fuyant des pays en guerre.

Juliette et Julie :

Nous sommes deux jeunes cheftaines de pionniers chez les Scouts et Guides de France. Notre groupe a entre 14 et 17 ans et nous avons un projet sur l’année concernant l’aide en faveur des réfugiés. Nous avons eu vent de cette soirée et nous repartons avec plusieurs contacts pour organiser des rencontres, notamment avec des jeunes chrétiens d’Orient arrivés récemment en Gironde.

Nous espérons pouvoir leur offrir des beaux moments d’intégration, avec des jeux scouts, des temps d’échanges où l’on peut faire tomber la barrière de la langue…

C’est aussi une chance et une joie pour nous de pouvoir être utiles face à ce défi majeur  de notre époque.

Luce :

Je ressors émerveillée qu’autant de personnes se lèvent pour aider ceux qui changent de pays et sont à la rue. C’est essentiel pour les chrétiens, car c’est dans le service du frère que l’on sert le Christ. Les choses se structurent et je suis heureuse de voir que toutes les personnes motivées vont œuvrer ensemble.

Le premier défi que je vois c’est l’acquisition de la langue française. C’est la clé pour être autonome, gérer un logement, se former, trouver un emploi… Pour les jeunes qui menaient des études, ils doivent parfois changer de cursus. Beaucoup se tournent alors vers l’interprétariat, ou dans un domaine où le fait de maîtriser déjà deux ou trois langues peut devenir un atout.

Pierre Guy, réseau Welcome :

Je suis venu continuer ce soir le travail mené en partenariat avec les différents acteurs de l’Eglise catholique. Face à cette question des migrants, nous avons bien conscience que nous ne pouvons agir seuls. Depuis deux ans, l’association Welcome propose justement à des familles de se mettre en lien pour accueillir à tour de rôle, pendant 1 mois environ, une personne ou une famille de réfugiés, en attente d’un logement en CADA (Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile).

Nous avons aujourd’hui une soixantaine de familles qui sont engagées dans ce projet. En 2014, nous avons pu accueillir une vingtaine de réfugiés, pour quelques 2000 nuitées au total.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+